J-9 déjà avant la reprise du WRC du côté de Gap et d'un Rallye Monte-Carlo qui s'est adapté à la pandémie, au couvre-feu et à la récente tempête Alex qui a ravagé une partie des Alpes Maritimes dont notamment le village de la Bollène-Vésubie.

Du coup, ce ne sera pas la fête habituelle avec un parc d'assistance à huit clos à Gap, des spéciales interdites au public, un parcours raccourci (seulement 14 spéciales totalisant 257,64 km) et des horaires modifiés pour respecter au maximum le couvre-feu et l'interdiction de circuler entre 18h et 6h du matin. Ce qui n'empêchera pas les concurrents et surtout les ouvreurs d'être sur la route bien plus tôt.

Les deux spéciales nocturnes de jeudi sont ainsi passées à la trappe ou plutôt ont été avancées dans l'après-midi à 13h10 et 14h08. Mais les amateurs de rallye à l'ancienne, à la lueur des phares, sur des routes encore verglacées suite aux gelées nocturnes, apprécieront les deux premiers secteurs chronométrés de la plus longue journée de vendredi (5 spéciales pour un peu plus de 100 bornes) programmés à 6h10 et 7h28. Avec un départ du premier concurrent à 5h04. On vous laisse imaginer la nuit quasi blanche pour les ouvreurs devant passer dans les tronçons quasi deux heures avant. On se croirait revenu au RAC Rallye de la belle époque. Sauf que là il y avait 80 spéciales en cinq jours et non quatorze en quatre.

Samedi, il faudra aussi se lever tôt (5h19) avec une première spéciale à 6h30 et la seconde à 8h18 au lever du jour. Il n'y aura que trois spéciales le samedi et quatre lors de l'étape finale réservée aux cinquante premiers (sur 84 engagés) le dimanche, sans Turini donc mais avec la spéciale de Brançonnet-Entrevaux comme Power Stage.

Comme déjà annoncé avant Noël sur DH Moteurs, 14 Belges seront au départ avec en plus des tenants du titre Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul qui viennent de terminer leurs essais, trois équipages en Rally2 (R5) avec les Skoda Metior de Cédric Cherain (avec Stéphane Prévot) et Cédric De Cecco, mais aussi la Citroën C3 de Davy Vanneste, sans oublier les deux nouvelles Clio Rally5 de Tim Van Parijs et Jochem Claerhout ni les copilotes belges du Français Adrien Fourmaux (Renault Jamoul, Ford Fiesta) et du Néerlandais Kevin Abbring (Pieter Tsjoen, VW Polo).

Sans son public, raboté, le Rallye de Monte-Carlo a clairement perdu sa magie. Mais il restera difficile, peut-être enneigé et surtout il a le mérite d'avoir lieu et d'offrir un peu de divertissement et de plaisir aux fans en cette période difficile pour beaucoup.