Kim Gevaert, princesse du sprint à Göteborg

Avec l'or sur le 100m et 200m, Gevaert décroche la 8e médaille internationale de sa carrière

GOTEBORG Grandissime favorite du sprint féminin en terre suédoise, Kim Gevaert n'a pas failli à l'attente en devenant, à 28 ans (depuis le 5 août), double championne d'Europe du 100m et 200m à Göteborg mercredi. A la question de savoir si elle rêvait de devenir reine à Göteborg, l'athlète louvaniste avait répondu que la Suède avait déjà ses deux reines (Kasja Bergkvist et Carolina Klüft) et qu'elle postulait éventuellement pour le titre de princesse. Elle est pourtant devenue la reine du sprint réussisant le premier doublé 100/200m depuis 12 ans et la Russe Irina Privalova. Elles ne sont que 9 athlètes dans l'histoire de l'Euro à avoir réussi cet exploit.

Au bout de 11.06 d'un 100m parfaitement contrôlé mercredi depuis la sortie des starting blocks au passage de la ligne, Kim Gevaert, les bras levés, s'est imposée avec autant d'autorité que d'aisance. Elle a avoué que la pression n'avait jamais été aussi intense, mais son expérience, dès les séries, l'a fait courir en patronne.

Le raisonnement s'est appliqué à merveille vendredi sur le 200m où, après un départ en boulet de canon, elle a lâché, dans les 60 dernières mètres, la Russe Yulyia Gushchina qui avait eu l'audace de s'accrocher jusqu'à la sortie du virage.

Avec ces premiers titres majeurs en plein air, Kim Gevaert respecte une logique de progression aussi implacable que régulière.

En or au Festival Olympique de la Jeunesse Européenne en 1995 à Bath sur 100m (11.96) et couronnée, sur 200m cette fois, aux Universiades de Majorque en 1999 (23.10), la "princesse" de Kampenhout s'affiche comme une belle promesse du sport belge. Avec une licence de logopède à l'Université de Louvain en poche, Kim Gevaert se consacre à son sport à 100pc en 2001. Les résultats ne se font pas attendre. La Louvaniste rentre dans la cour des grands en décrochant l'or en salle à l'Euro de Vienne en 2002 sur 60m (7.16) et en doublant l'argent en plein air quelques mois plus tard à Munich: 2e sur le 100m (11.22) et 2e sur le 200m (22.53).

Devenue l'une des valeurs sûres du sprint européen sous la houlette de son coach de toujours, Rudi Diels, c'est une nouvelle médaille d'argent qui l'attend à Budapest, toujours en salle, mais lors des Mondiaux cette fois, en 2004 sur le 60m (7.12), ainsi qu'une place de finaliste aux jeux Olympiques d'Athènes en 2004 où elle prend la 6e place sur le 200m (22.84), propulsant également le relais en finale à cette même 6e place.

Avec un chrono de 7.16, Kim Gevaert devient championne d'Europe sur 60m à Madrid pour la deuxième fois de sa carrière en 2005 quelque mois avant d'atteindre la finale du 200m aux championnats du monde à Helsinki où elle termine 7e (22.86). Ses temps suivent une progression tout aussi remarquable.

2006 commence sur les chapeaux de roue pour Kim Gevaert qui décroche un nouveau podium avec une médaille de bronze aux championnats du monde en salle à Moscou sur 60m (7.11, record de Belgique).

Par une belle journée dominicale de début juillet au championnat de Belgique, tout un symbole, l'athlète belge porte le record national du 100m à 11.04 et du 200m à 22.20 par un vent favorable de 2m/s, la limite autorisée. Ce qui lui permettait d'arriver en Suède avec la meilleure performance européenne de l'année sur les deux distances.

Avec l'or sur le 100m et 200m, Kim Gevaert décroche la 8-ème médaille internationale de sa carrière et rêve désormais d'offrir un podium à ses chères copines du relais 4x100m.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be