Enduroman : Arnaud de Meester est bien arrivé à Douvres !

L’ultra-triathlète bruxellois a parcouru les 140 km depuis Londres en 21h28. Prochaine étape : la traversée de la Manche (de 35 à 45 km, selon les courants). La troisième sera 290 km à vélo pour rallier Paris.

Enduroman : Arnaud de Meester est bien arrivé à Douvres !
©D. R.

Parti de Londres, samedi soir, à 23h20 (heure anglaise), Arnaud de Meester est bien arrivé à Douvres, ce dimanche, après 21h28 de course à pied pour les 140 km séparant la capitale britannique de la ville portuaire. L'ultra-triathlète bruxellois a ainsi achevé la première étape de son triptyque qui doit l'emmener à... Paris.

Trois ans après sa première tentative, Arnaud est de retour sur l’Enduroman, ce "triathlon de l’extrême" créé en 2000 par le Britannique Edgar Ette et dont les chiffres donnent le tournis avec 140 km à pied entre Londres et Douvres, de 35 à 45 km à la nage pour la traversée de la Manche et 290 km à vélo entre Calais et Paris. Un défi qu'ils ne sont que 51 à avoir réussi.

"Le miracle n'est pas que je termine... Il est que j'ai le courage de démarrer !" avait lancé Arnaud, en 2019, en s'élançant de Marble Arch, à Londres, pour rallier l'Arc de Triomphe, à Paris. Que dire du "miracle" de voir l'ultra-triathlète de 51 ans retenter sa chance ?

À l’époque, après avoir couru plus de 25 h, entre Londres et Douvres, et nagé près de 14 h, à travers la Manche, Arnaud avait abandonné alors que se profilait la côte française.

"Je n’ai pas réussi mais, pour moi, je n’ai pas échoué non plus. Je dis que ce n'est pas un échec parce que je garde un bon souvenir de cette expérience, même si je n’ai pas achevé mon parcours."

Il est vrai que les circonstances furent défavorables au désormais directeur du Forum du Sablon, tombé sur la barrière du Cap Gris-Nez, un courant à 3 km de la côte le repoussant vers le large.

"Dès le début, j’ai joué de malchance en étant mal aiguillé pour sortir de Londres, puis en devant attendre pendant une heure, en pleine nuit, la voiture de l’organisation qui m’avait perdu à cause de travaux sur la route et aussi lors du parcours à pied sous une pluie incessante. Après 25 h d’efforts, j’étais arrivé à Douvres, où j’avais dormi une heure avant de m’élancer depuis la célèbre Shakespeare Beach pour la traversée de la Manche."

Après 14 h de nage, Arnaud était venu "mourir" dans le "cimetière des nageurs". Tous ces contretemps ne l’ont pas empêché de penser à tenter à nouveau sa chance. Dès 2020, il était déjà prêt à se relancer, mais la crise sanitaire l’en avait empêché.

Cette fois, c'est bel et bien reparti ! On croise les doigts pour lui car cette traversée de la Manche, avec ses courants et ses marées, n’est jamais une mince affaire. Depuis 75 ans, le taux de réussite est de seulement 20 % ! Et le plus souvent, bien entendu, sans les 140 km de course à pied auparavant...

Pour suivre l'évolution d'Arnaud de Meester > https://enduroman.com/live-tracking

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be