Le centre Adeps La Ferme du Château, où… Loverval rime avec convivial

Hospitalité et flexibilité ne sont pas de vains mots pour la directrice, Corine Fievet, en poste depuis 1985.

Guy Beauclercq
Le centre sportif de La Ferme du Château, à Loverval, sous la neige mi-décembre.
Le centre sportif de La Ferme du Château, à Loverval, sous la neige mi-décembre.

La Ferme du Château porte bien son nom. Recouverte d’une fine couche de neige, mais sous un beau rayon de soleil, la cour en pavés affiche toute sa beauté au milieu des bâtiments abritant l’administration, l’internat et le restaurant. Et quand, soudain, une porte-fenêtre s’ouvre, c’est par un “Bienvenue dans notre centre Adeps !” qu’on y est accueilli par la directrice, Corine Fievet. Enseignante, elle est arrivée à Loverval en 1985. Pour deux ou trois ans, pensait-elle. Et, trente-sept ans plus tard, elle est toujours là.

“Au début, il n’y avait qu’un hall sportif, construit en 1978 et géré par la commune. Et nous n’étions que quatre personnes. Nous avons organisé notre premier stage, en internat, à l’été 1986. Ce fut une folle aventure ! La personne qui devait nous fournir les lits nous a lâchés, mais nous en avons trouvé. Tout comme les casseroles pour la cuisine… À l’époque, je suis passée par tous les services, y compris le nettoyage des chambres. Aujourd’hui, quarante personnes travaillent au centre et nous sommes équipés.”

De l’autre côté du n°12 de l’allée des Sports se dressent, il est vrai, de magnifiques infrastructures permettant la mise sur pied de stages multisports, appréciés tant par les élèves des écoles que par les sportifs de haut niveau. Certaines fédérations francophones comme l’escalade, le karaté, le tir à l’arc, la boxe française y ont élu domicile.

L'immense hall sportif, où le Spirou Charleroi s'est entraîné pendant des années.
L'immense hall sportif, où le Spirou Charleroi s'est entraîné pendant des années.

Escalade et karaté

“Quand j’ai évoqué la construction du mur d’escalade, certains ont parlé de "mur des lamentations" tant ils étaient sceptiques sur le projet. Mais nous avons déjà organisé un championnat de Belgique !”

Ce n’est donc pas un hasard si le COIB a vu en Loverval l’endroit idéal pour être le camp de base de nos grimpeurs en vue de Paris 2024.

Loverval servira de camp de base pour l'escalade en vue de Paris 2024.
Loverval servira de camp de base pour l'escalade en vue de Paris 2024.

À côté du sport de haut niveau, le centre Adeps cher à Corine Fievet a une excellente réputation auprès de ceux qui y passent une journée, en externat, ou une semaine, en internat. Hospitalité, convivialité, flexibilité ne sont pas de vains mots. Ce sont des qualités à l’image de cette directrice passionnée qui devrait prendre sa retraite en 2024.

“Je quitterai le centre quand le mur d’escalade extérieur sera construit !” enchaîne-t-elle.

Toujours en travaux dans un souci d’amélioration, le centre de Loverval n’a jamais fermé, même pendant la crise sanitaire, accueillant des enfants des Services résidentiels d’urgence (SRU). Ce qui est bien à l’image d’une équipe soudée, toujours disponible, tantôt pour ouvrir la cuisine pour un petit déjeuner à 6 h du matin, tantôt pour transporter des sportifs arrivés tard le soir à l’aéroport.

Côté hébergement, le centre comporte 128 lits à disposition des écoles, qu’il accueille pendant toute l’année, mais aussi 48 lits pour le sport-études de l’ACFF, en particulier du Sporting de Charleroi. Car, en bas du magnifique hall sportif, où on peut pratiquer tous les sports d’équipe, il y a encore des terrains de football et de hockey ainsi qu’un stand de tir à l’arc.

Le centre Adeps La Ferme du Château, où… Loverval rime avec convivial

Au-delà des sports traditionnels, la Ferme du Château peut s’enorgueillir d’avoir suscité des vocations dans des disciplines moins connues comme le roller-hockey, la gymnastique rythmique ou la danse sportive, dont il a hébergé des clubs.

“Quand ils étaient jeunes, mes enfants n’ont rien trouvé de mieux que de jouer au hockey sur glace. Chaque dimanche, je devais les emmener à Louvain. Vous savez qu’il y a 27 pièces dans l’équipement d’un hockeyeur sur glace ? C’est un peu comme ça que nous avons lancé cette activité et créer le club, les Wolves. Ils ont été champions de Belgique pendant des années… Plus récemment, nous avons mis sur pied un stage de gym rythmique, qui a connu un beau succès, et créé un club, Osmose, qui accueille des jeunes filles dès 6 ans.”

La polyvalence est donc bien une autre qualité de Loverval, qui héberge également l’un des sept Centres de conseils du sport (CCS) de l’Adeps, chargés des relations avec les autorités locales. Mais il faudra en assurer la pérennité après le départ de la première femme directrice d’une telle infrastructure, qui a tellement son métier dans le cœur qu’elle garde, sur une étagère de son bureau, des morceaux de charpente des bâtiments rénovés en 2010 !

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be