Matthias Mayer, un triple champion olympique de ski alpin à la retraite

Contre toute attente, le champion olympique a annoncé la fin de sa carrière.

La Rédaction
Coupe du monde de ski alpin - Le triple champion olympique Matthias Mayer crée la surprise en annonçant sa retraite
Le triple champion olympique Matthias Mayer crée la surprise en annonçant sa retraite ©BELGA

L’Autrichien Matthias Mayer, qui a surpris le monde du ski alpin avec l’annonce de sa retraite jeudi à Bormio (Italie), s’est construit un palmarès immense, avec notamment trois titres olympiques en trois éditions différentes des Jeux.

Annonce surprise

À 32 ans, Mayer quitte le circuit de façon brutale : après avoir participé à la reconnaissance du parcours du super-G jeudi matin à Bormio, il a pris part à la traditionnelle interview TV, un exercice rapide et habituellement insipide d'avant-course, mais a surpris son interlocuteur de la télévision autrichienne ÖRF avec la nouvelle de la fin de sa carrière. "J'ai connu une magnifique dernière saison avec un troisième titre olympique et j'ai bien commencé celle-ci, je suis heureux. Mais j'en ai assez. J'ai fait ma dernière inspection aujourd'hui, je n'ai plus l'envie nécessaire", a-t-il lâché.

Huit jours après l’annonce de la sortie du Suisse Beat Feuz, qui fera ses adieux à Kitzbühel (Autriche) en janvier, un deuxième cador historique quitte le circuit avant même les championnats du monde de Courchevel/Méribel (du 6 au 19 février 2023).

Les deux spécialistes de vitesse avaient été sacrés champions olympiques à Pékin en février (Feuz en descente, Mayer en super-G).

"Monsieur JO"

Avec trois titres olympiques (descente en 2014, super-G en 2018 et 2022), Mayer s’est approché du record absolu de quatre médailles d’or de la Croate Janica Kostelic et du Norvégien Kjetil Andre Aamodt. Avant lui, seuls Aamodt et l’Italienne Deborah Compagnoni avaient réussi à décrocher trois titres en trois éditions différentes des Jeux.

Avant Mayer, seul le Norvégien Aamodt avait été sacré deux fois consécutives en super-G (2002 et 2006).

Avec quatre médailles au total (il a aussi décroché le bronze de la descente à Pékin), Mayer est toutefois resté à distance du record absolu d’Aamodt (8).

Mayer n’a par contre jamais décroché de médaille aux championnats du monde en cinq participations.

En Coupe du monde, l’Autrichien est monté sur 45 podiums pour 11 victoires en 219 départs répartis sur douze ans de carrière.

Tradition familiale

Les médailles olympiques sont une habitude dans la famille Mayer. Le père, Helmut, avait décroché l’argent du super-G en 1988 à Calgary, derrière le Français Franck Piccard, avant d’entraîner son fils jusqu’aux années junior.

Né le 9 juin 1990 à Afritz am See, près de Villach (sud), Matthias Mayer a cultivé une certaine discrétion et une distance vis-à-vis des médias pendant sa carrière.

À 21 ans, il avait souffert d’un grave problème d’arthrite à la suite d’une intoxication alimentaire, terminant dans un fauteuil roulant, après avoir perdu 15 kg. Il avait tout de même été sacré champion olympique deux ans plus tard.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be