Ce mercredi, Armand Marchant a fait le point sur sa longue préparation à la nouvelle saison de Coupe du monde qui, pour lui, débutera par un slalom (épreuve à laquelle il va se consacrer toute la saison) le 21 décembre prochain en Italie, à Alta Badia.

Au cours de cette conférence de presse virtuelle, il a, notamment, révélé avoir contracté le coronavirus il y a une dizaine de jours au moment de mettre le cap sur Tignes pour un stage. « J’ai surtout eu des troubles au niveau digestif, intestinal, si bien que je n’ai quasiment rien mangé pendant quatre ou cinq jours », explique le skieur de Thimister. « Du coup, en France, on a attendu que je me sente vraiment mieux avant de remonter sur les skis et c’est passé assez vite. Au final cela n’a donc pas trop entravé ma préparation. »

Actuellement en Belgique, notre compatriote, qui limite évidemment ses contacts, passera un test sanguin ces jours-ci. « S’il s’avère que j’ai développé des anticorps, cela peut être intéressant pour moi parce que cela signifierait que pendant huit semaines, je n'aurais plus à devoir passer un test à chaque déplacement et j'aurais ainsi l’assurance d’enchaîner les courses. »

Une première compétition en Suède

Ce dimanche 8 novembre, Armand Marchant mettra le cap sur la Suède, où il trouvera d’excellentes conditions de ski, pour un séjour s’étendant jusqu’au 25 novembre. Il en profitera très certainement pour disputer sa première compétition de la saison.

« Il y a deux slaloms qui sont prévus les 21 et 22 novembre à Kaabdalis et j’en disputerai certainement un, au moins », précise-t-il. « J’ai besoin d’avoir un départ dans les jambes avant la Coupe du monde. »