Thiam, championne du monde de l'heptathlon: "Je ne suis pas invincible"

Thiam a répondu présent tout au long du week-end.

Laurent Monbaillu

Thiam a répondu présent tout au long du week-end.

Nafi Thiam a multiplié les interviews à l’issue de son sacre mondial.

Réalisez-vous ? Un titre mondial après un titre olympique ?

"Oui, c’est incroyable. Ça a été une année difficile avec beaucoup de pression. Je pense que c’est d’autant plus difficile de performer quand on attend autant de votre part. Donc je suis vraiment très fière malgré tout ça d’être repartie avec l’or."

Ce fut une compétition bien maîtrisée ?

"Oui, je pense que j’ai bien géré mon week-end. Je n’ai fait aucune erreur, j’ai réussi à frapper fort dans les épreuves où c’était important, les sauts surtout. Et en particulier la longueur, qui était déterminante, on l’a bien vu, plus encore que le javelot. Sur 800m, c’est toujours plus difficile de souffrir quand tu sais que ce n’est pas nécessaire. C’est parti vraiment très lentement et pour accélérer dans le dernier tour, c’est plus difficile. Je me suis juste concentrée sur le fait de ne pas tomber."

Cette joie est-elle comparable à celle que vous avez connue l’an dernier aux Jeux Olympiques de Rio ?

"Oui, car ce sont deux titres mondiaux, deux compétitions énormes. Mais je les ai vécues vraiment différemment. L’an dernier, on ne m’attendait pas, j’ai pu faire mon truc un peu dans mon coin. Ici, c’était vraiment beaucoup de pression. J’ai un peu étouffé pour être honnête avant la compétition, c’était un peu trop. J’avais presque hâte que ce soit derrière moi, ce que je trouve un peu triste d’ailleurs. Mais voilà j’ai quand même bien profité de la compétition : une fois sur la piste, c’est quand même plus facile d’oublier tout ce qui se passe autour. C’était vraiment un bon week-end ici à Londres."

Etait-ce plus dur de s’imposer ici ?

"Non, pas physiquement en tout cas, ce sont toujours les sept mêmes épreuves. Mentalement, en revanche, c’était peut-être plus dur ici, oui."

Etait-ce difficile de ne pas faire attention aux attentes ?

"J’essaie d’en faire abstraction. Tout le monde s’emballe quand tu fais de belles choses et si toi tu ne gardes pas les pieds sur terre, c’est le meilleur moyen d’aller dans le mur. Tout le monde peut croire que je suis invincible, mais je sais que je ne le suis pas. Ce serait encore pire si j’étais dans le même délire, la chute n’en serait que plus difficile. Je sais qu’il y aura des moments plus durs, ça arrive à tous les athlètes. Alors j’essaie de profiter le plus possible de moments comme ceux-ci pour que dans les moments plus compliqués, je m’en souvienne et que je garde la motivation."

L’an prochain, irez-vous en quête de ce titre de championne d’Europe pour avoir la totale ?

"Ecoutez, c’est bien d’avoir des ambitions, mais je vais d’abord profiter de ce titre mondial avant de penser à me fixer des objectifs pour l’année prochaine..."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be