Sans Jacobs, Fraser-Pryce démarre l'année en trombe à Nairobi

Légende du sprint, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce a réussi un premier 100 m de feu en 2022 en s'imposant en 10 sec 67 samedi au meeting de Nairobi, privé à la dernière minute du champion olympique Marcell Jacobs.

AFP
Sans Jacobs, Fraser-Pryce démarre l'année en trombe à Nairobi
©AFP

A 35 ans, l'octuple médaillée olympique jamaïcaine a frappé fort très tôt dans la saison en s'approchant de son record personnel (10 sec 60 en août 2021 à Lausanne) avec le 12e meilleur chrono de tous les temps.

Seules quatre autres athlètes ont couru plus vite dans l'histoire, pour certaines à plusieurs reprises: les Américaines Marion Jones (meilleur temps en 10.65) et Carmelita Jeter (10.64), sa compatriote championne olympique Elaine Thompson-Herah (10.54), et la controversée recordwoman du monde américaine Florence Griffith-Joyner (10.49).

"Ca fait 13 ans que ça m'arrive. A chaque fois que je cours je bats des records, c'est incroyable", s'est réjouie Fraser-Pryce.

Dominée aux Jeux olympiques de Tokyo l'été dernier par Thompson-Herah, l'expérimentée sprinteuse a montré qu'il faudra une nouvelle fois de plus compter sur elle lors de cette saison qui doit la mener en juillet à Eugene (Oregon), aux Championnats du monde, une compétition où elle a déjà été quatre fois titrée sur 100 m.

Sa performance est encore rehaussée par un vent légèrement défavorable (-0,4 m/s), alors que la nouvelle sensation du sprint, la Namibienne Christine Mboma (18 ans), a brutalement stoppé son effort à mi-course avant de tomber et d'être évacuée, apparemment blessée.

Fraser-Pryce a presque fait oublier le forfait plus tôt dans la journée du champion olympique du 100 m Marcell Jacobs, qui n'a pas couru sur la ligne droite depuis son titre surprise à Tokyo. L'Italien a été victime de problèmes intestinaux et était encore en observation à l'hôpital dans la matinée.

Sans lui, le local Ferdinand Omanyala a ravi la foule en s'imposant devant le vice-champion olympique américain Fred Kerley.

Omanyala (26 ans), recordman d'Afrique depuis l'an dernier (9.77), a fait fructifier un excellent départ pour garder la main toute la course et couper la ligne en 9 sec 85 (vent 2 m/s), meilleure performance mondiale de l'année, devant Kerley (9.92).

Le Kényan Abel Kipsang a signé la meilleure performance mondiale de l'année sur 1.500 m en 3 min 31 sec 01, un excellent temps en altitude (Nairobi culmine à près de 1800 m), tout comme le champion olympique polonais Wojcieh Nowicki au marteau (81,43 m).

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be