Jacques Borlée va tirer sa révérence aux Belgian Tornados: "On a créé une école du 400 m fantastique..."

Jacques Borlée ne sera plus le coach des Belgian Tornados après les JO 2024.

Jacques Borlée va tirer sa révérence aux Belgian Tornados: "On a créé une école du 400 m fantastique..."
©Photos news

"Cela va faire dix-sept ans que l'équipe est au top niveau, qu'elle est présente à chaque championnat et elle a remporté 14 médailles en 28 finales disputées. Vous connaissez beaucoup d'entraîneurs qui ont tenu aussi longtemps ?"

À 48 heures du départ de nos athlètes pour les États-Unis, où vont se dérouler les championnats du monde, Jacques Borlée avait réservé une grande nouvelle aux médias présents ce jeudi à Louvain-la-Neuve pour le point presse du relais 4x400 m : il ne sera plus l’entraîneur des Belgian Tornados après les JO de Paris.

"J'aurai 65 ans dans trois mois et je crois qu'il faut être raisonnable, je dois aussi penser à mes proches, à ma femme, à mes autres enfants. C'est le bon moment pour dire stop, dit-il. Je pense que j'ai bien fait mon job. J'ai réussi à créerune équipe pour viser l'excellence et j'ai parfois pris des risques énormes par rapport à ma famille. Mais j'étais tellement convaincu de la réussite du projet que je m'y suis totalement investi."

Avec un succès indiscutable malgré les très nombreux obstacles placés sur sa route jusqu’à aujourd’hui.

"On a créé une école du 400 m fantastique. J'adore mon sport et les athlètes, mais il faut se rendre compte que c'est un job épuisant, reprend Jacques Borlée. Les institutions ne réalisent pas la pression permanente à laquelle on est confrontés. On te dit sans arrêt ce que tu dois faire, comment sélectionner, qui reprendre, c'est infernal ! Cela a commencé dès 2010 quand j'ai repris Cédric Van Branteghem. Et cela continue maintenant que nous sommes champions du monde en salle. Ma récente discussion avec la commission de sélection concernant le 4x400 m a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase."

Fier du parcours des Belgian Tornados depuis 2008, Jacques Borlée est prêt à passer bientôt le témoin, convaincu que le projet 4x400 m pourra perdurer même après l'arrêt de Kevin et Jonathan. "J'espère que cette équipe gagnera des médailles après 2024. Avec Doom, Sacoor, Watrin, Vanderbemden, Iguacel et mon fils Dylan, on a déjà six hommes sur qui compter, mais il faut réfléchir à la manière d'amener des jeunes dans le projet..."

"On a conscience que ça devient difficile pour Jonathan..."

La nouvelle blessure aux ischio-jambiers de Jonathan Borlée, mercredi soir à Liège, interroge sur la capacité du recordman de Belgique du 400 m à poursuivre sa carrière au plus haut niveau. Il a déjà manqué les Mondiaux de Doha en 2019 ainsi que ceux en salle de Belgrade cette année. "On a conscience que c'est difficile pour lui", admet Jacques Borlée. "On va essayer une dernière fois mais ça devient hard. Chaque fois qu'on arrive dans une phase de travail spécifique, le corps lâche. C'est problématique. Même par rapport à Kevin, cette gémellité étant assez complexe."

Kevin Borlée, justement, se voulait optimiste au micro de la RTBF. "Je pense qu'il fera tout pour revenir. Je peux vous dire qu'il est vraiment fort à l'entraînement. Si sa blessure n'est pas trop grave, il sera de la partie à Munich", assure le capitaine des Belgian Tornados.

Dans l'après-midi, Jonathan Borlée confirmait son intention de "retourner au travail pour vivre une dernière danse..."

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be