Les relayeurs comprennent la décision de Jacques Borlée et le soutiennent: "Il faut bien à un moment passer le flambeau"

Kevin et Dylan Borlée ainsi que Jonathan Sacoor étaient présents jeudi matin à Louvain-la-Neuve à l'annonce de l'arrêt de leur coach, Jacques Borlée à l'issue des Jeux Olympiques de 2024 à Paris. Les Belgian Tornados seront éternellement reconnaissants envers leur mentor et comprennent sa décision.

Belga
Les relayeurs comprennent la décision de Jacques Borlée et le soutiennent: "Il faut bien à un moment passer le flambeau"
©BELGA

Kevin Borlée, l'un des ses fils, n'était pas surpris. "Cela ne m'étonne pas, je pense qu'il faut bien à un moment passer le flambeau et il a la chance de pouvoir choisir et d'avoir un objectif en ligne de mire. C'est toujours positif et cela lui permet de voir au-delà pour ses propres projets au-delà de Paris", a estimé celui qui fut là dès le début de l'aventure sur la route des JO de Pékin en 2008.

Dylan Borlée est venu se joindre au groupe un peu plus tard et a avoué que son coach et père leur en avait parlé un petit peu avant. "C'est son choix. Il fait ce qu'il a envie. Il a fait du très beau boulot et c'est important de passer le relais de ce beau projet à quelqu'un d'autre. Il nous en a parlé brièvement, mais on supporte son choix. Je trouve sa décision correcte et normale. Se dire d'avoir fait un très bon boulot puis dire stop. On verra après Paris. Pour ma part, je verrai sur le moment. Je ne pense pas encore à Paris, c'est en 2024 et je fonctionne année par année."

"J'ai pleinement confiance en l'avenir, même après Jacques Borlée", a confié de son côté Jonathan Sacoor, l'une des plus belles promesses du tour de piste belge. "La collaboration avec lui aura toujours été fantastique. Je lui en suis très reconnaissant et il va nous manquer."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be