Mémorial Van Damme : Shelly-Ann Fraser-Pryce, un stop et ça repart ?

Son été à la régularité inédite a connu un coup d'arrêt la semaine dernière, avec une alerte musculaire, mais Shelly-Ann Fraser-Pryce, attendue sur 100 m au meeting de Ligue de diamant de Bruxelles vendredi, se dit tenue en haleine par la perspective de menacer le vieux record du monde de la course reine.

Mémorial Van Damme : Shelly-Ann Fraser-Pryce, un stop et ça repart ?
©BELGA

"Honnêtement, à un moment donné j'ai envisagé d'arrêter ma saison après Lausanne", où un problème musculaire aux ischio-jambiers survenu à l'échauffement l'a conduit à renoncer au 100 m du meeting suisse vendredi dernier, "parce que je ne voulais prendre aucun risque pour l'année prochaine", reconnaît la fusée jamaïcaine, qui rêve de Paris-2024 - où elle aura 37 ans.

"Et puis je me suis dit que j'avais quelques jours. Un premier scanner a montré que ce n'était qu'une contracture musculaire, et le deuxième était bon. C'est vraiment quelque chose qui fait que je suis là", avoue-t-elle de son ambition de passer sous les 10 sec 6/10e, alors à portée du record du monde - d'une autre époque - de l'Américaine Florence Griffith-Joyner (10.49 en 1988).

"Je sais que rien n'est sûr à 100%, mais je suis très optimiste à propos de ce que je peux faire demain (vendredi)."

- "Complètement possible" -

C'est que la petite bombe caribéenne, 35 ans et sacrée pour la cinquième fois championne du monde du 100 m en juillet, vit une saison supersonique, avec six 100 m en moins de 10 sec 70 depuis début mai. Précisément cinq en 10 sec 66 ou 67, et une pointe de vitesse à 10 sec 62 en août à Monaco, au bout d'un enchaînement de trois meetings en quatre jours.

Autant de 100 m aussi rapides dans une même saison, c'est du jamais-vu.

Avant 2022, Fraser-Pryce elle-même n'avait couru que deux fois en moins de 10 sec 70 tout au long de sa quinzaine d'années de carrière, à l'été 2021 (10.60, son record personnel, et 10.63).

Seules deux sprinteuses ont couru plus vite qu'elle dans l'histoire : Griffith-Joyner donc, et sa compatriote Elaine Thompson-Herah, double championne olympique en titre du 100 m et du 200 m.

"Jusque-là, j'ai été régulière en 10 sec 6/10e. Et j'ai été capable de réussir ces chronos à différents stades de la saison, pour mon premier 100 m, en grands championnats, et encore après, trois courses coup sur coup, explique Fraser-Pryce. Avec ça, je sais que courir en 10 sec 5/10e, c'est quelque chose de complètement possible. Et quand on atteint cette marque, tout est possible."

Reste ses ischio-jambiers.

- Défiée par Duplantis -

"J'ai fait deux séances de sprint hier (mercredi) et avant-hier (mardi) : c'était pas mal, estime la triple championne olympique et décuple championne du monde, "hyper bien mentalement".

Dans la dernière ligne droite de la saison - ne suivent plus que les finales de la Ligue de diamant mercredi et jeudi prochains à Zurich (Suisse), Fraser-Pryce devrait bénéficier d'une météo plus clémente que prévue initialement : autour de 24 degrés à 20h45, sous un ciel couvert mais non pluvieux.

Elle sera poussée par une très belle concurrence, incarnée par la récente championne du monde du 200 m et vice-championne du monde de la course reine, la Jamaïcaine Shericka Jackson, l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, détentrice du record d'Afrique, et la fantasque Américaine Sha'Carri Richardson, victorieuse dans des conditions difficiles de Thompson-Herah à Lucerne (Suisse) mardi.

De la conférence de presse d'avant-meeting tenue jeudi après-midi, est né un nouvel adversaire potentiel tout à fait inattendu pour Fraser-Pryce : le prodige du saut à la perche Armand Duplantis.

Sur 100 m face à elle, quelle performance ferait-il ?, l'a interrogé directement la Jamaïcaine. "Je te battrai", lui a répondu le Suédois. "Tu veux parier ?", a renchéri "SAFP". "Cher !", a lancé "Mondo".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be