Un grand exploit pour un grand retour. Pour le premier meeting d'envergure de la saison après la longue pause due au coronavirus, l'Ougandais Joshua Cheptegei n'a pas fait dans la demi-mesure en effaçant vendredi à Monaco le record du monde du 5.000 m de Kenenisa Bekele en 12.35.36.

Protocole sanitaire oblige, il n'y avait que 5.000 spectateurs dans les travées de Louis-II mais ils se souviendront sans doute longtemps de cette soirée vraiment pas comme les autres. Au cours d'une réunion qui a vu se succéder les performances de choix, celle de Cheptegei restera forcément dans les annales.

© AFP

L'Ougandais avait déjà crevé l'écran l'an dernier à Doha en s'emparant du titre mondial du 10.000 m. Il est allé encore plus loin sur le Rocher en supplantant une légende du demi-fond telle que Bekele dont le chrono de référence datait du 31 mai 2004 (12.37.35). A croire que la nouvelle piste inaugurée par les organisateurs du meeting de Monaco fait des merveilles.

Parti seul aux 3.000 m, Cheptegei, chaussé de "Dragonfly", a survolé la course, son dauphin, le Kényan Nicholas Kipkorir Kimel, arrivant avec près de 16 secondes de retard (12.51.78). Avec cette victoire tonitruante, le voilà à 23 ans propriétaire de deux records du monde puisqu'il possédait déjà celui du 5 km sur route.

"Monaco est un endroit vraiment spécial, un de ces rares endroits où on peut battre un record, a-t-il lancé après sa chevauchée historique qui s'est conclue par deux tours bouclés en moins d'une minute (59.97 et 59.64). Cela a été très dur de rester motivé cette saison. Mais je me suis poussé moi-même et je suis aussi très bien entouré."

Grand fan de football et de Manchester United, Cheptegei a été révélé en 2014 avant de s'exiler au Kénya pour travailler sous les ordres de Patrick Sang, l'entraîneur du roi du marathon Eliud Kipchoge. Mais il a très vite eu le mal du pays, retournant donc en Ouganda, à Kapchorwa (est) à 1.800 m d'altitude, où le Néerlandais Andy Ruiter a monté un groupe de haut niveau autour de lui. 

Depuis, les prestations de choix s'enchaînent, il est devenu champion du monde de cross l'an dernier, et celle de vendredi à Monaco n'a fait que confirmer sa nouvelle suprématie sur le fond mondial, à un an des Jeux Olympiques de Tokyo.

© AFP