Dans sa ville, au départ de son stade et au sein d’une organisation dans laquelle il est très impliqué via son ASBL Sportaround, Bashir Abdi aurait dû être le grand protagoniste du semi-marathon de Gentbrugge ce dimanche matin. Il n’en sera malheureusement rien. Le marathonien, médaillé de bronze des Jeux olympiques de Toyo, se faisait pourtant une joie de s’attaquer - pour sans doute le battre - au record de Belgique de Mohamed Mourhit. Mais un début d’année assez difficile sur le plan physique a considérablement contrarié ses plans, et le sympathique athlète a dû officialiser son forfait en ce milieu de semaine, ayant accusé trop de retard dans sa préparation pour honorer comme il se doit ce rendez-vous à domicile.

"J’avais vraiment hâte de m’attaquer au record de Belgique du semi-marathon mais ce sera pour une autre fois", a-t-il fait savoir depuis l’Éthiopie, où il se trouve en stage actuellement. "Après le record d’Europe du marathon que j’ai établi à Rotterdam le 24 octobre dernier, j’ai souffert de deux blessures. La seconde, au début du mois de janvier, était une déchirure au mollet. Je suis guéri mais je ne suis pas encore apte à m’aligner en compétition. Des athlètes de haut niveau en provenance du Kenya, d’Éthiopie mais aussi des Belges et des Européens seront présents. Je ne doute pas que le record du parcours (NdlR : 1h00.30, un chrono établi lors de sa victoire l’an dernier) sera battu dimanche."

Priorité à Rotterdam et, surtout, à Eugene

De son côté, le natif de Mogadiscio ne précipitera pas son retour à la compétition, même s’il se sait très attendu, en tant que vainqueur sortant, au départ du marathon de Rotterdam le 10 avril prochain. C’est d’ailleurs toujours un objectif (même s’il n’y a certainement plus de temps à perdre), au même titre que les championnats du monde à Eugene, en juillet prochain, qui constitueront le plus grand rendez-vous de son année 2022. Un événement en vue duquel Bashir Abdi n’a pas hésité à prononcer le mot médaille...