Avec un nouveau minimum olympique (22.79 sur 200m) et un superbe chrono de 11.28 sur 100m faisant d’elle la deuxième sprinteuse belge de l’histoire derrière Kim Gevaert (11.04), Cynthia Bolingo a été la grande protagoniste du meeting européen EAP de Nivelles ce samedi au stade de la Dodaine. Dans une forme éblouissante, qui s’était déjà concrétisée par un record de Belgique et un premier minimum pour les Jeux de Tokyo sur 400m (50.75), le 1er juin dernier, l’athlète du RCABW a mis à profit cette réunion "à domicile" pour accroître son capital confiance en vue des JO.

"Je sentais que j’avais les jambes pour descendre sous les 23 secondes sur 200m, encore fallait-il avoir les bonnes conditions", dit-elle. "Depuis mon minimum sur 400m, j’ai un sentiment de relâchement complet, la pression est retombée, et je n’ai plus rien à perdre. Je suis contente d’avoir couru mes records personnels sur 100m, 200m et 400m ! Si seulement toutes les saisons pouvaient se passer comme ça ! (rires) Au fond de moi, j’avais comme objectif de faire aussi le minimum pour les Jeux sur 200m. Deux tickets olympiques, c’est formidable ! Je suis vraiment reconnaissante envers tous ceux qui m’entourent: ma coach, Carole (Bam), ma maman, ma famille, mes sponsors. C’est clairement une année qui me sourit et je vais continuer à ne pas trop me prendre la tête."


Ce deuxième ticket olympique va-t-il changer le programme de Cynthia Bolingo aux Jeux où elle sera la tête de gondole du relais féminin et sans doute du relais mixte également ? "Carole vous dirait que non", sourit la sprinteuse. "Ça m’étonnerait fortement que je fasse le 200m au lieu du 400m. Je suis plus performante dans les championnats internationaux sur le tour de piste même si mon cœur va vers le 200m. Après, si Carole change d’avis, je ne vais pas bouder !"

L’autre grande satisfaction, c’est donc ce record sur 100m. "Le mien (11.57) datait déjà de 2014 mais je n’ai pas toujours eu les bonnes courses ou les bonnes conditions", rappelle la Bruxelloise de 28 ans, qui ne pose pas la question de savoir si elle est trop tôt en forme. "J’ai entièrement confiance en Carole et en sa programmation. Pour le moment, je profite ! C’est important parce qu’on oublie souvent à quel point des périodes aussi fastes dans une carrière arrivent rarement. On s’en rappelle généralement quand on est blessé. Alors sincèrement je ne me pose pas de question. À l’heure actuelle, je veux profiter de ma forme, de toutes ces courses où je peux courir libérée, sans tracas, sans blessure, et pour le reste on verra bien d’ici quelques semaines."

Désormais 3e performeuse belge de l’histoire du 200m, Cynthia Bolingo se prépare à présent à épouser la courbe du stade Roi Baudouin aux championnats de Belgique le week-end prochain. La plus belle au monde, dit-on...