Tous deux se sont offert des nouveaux records nationaux.

Brazier, champion du monde à Doha en 2019 et qui détenait déjà le record des Etats-Unis depuis un an, l'a amélioré d'un centième de seconde en 1:44.21.

"Je voulais juste voir dans quel forme je me trouvais", a modestement commenté le coureur de 23 ans, qui a devancé de 2.05 secondes le vice-champion de Grande-Bretagne Jamie Webb et s'est dit "prêt" pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août).

Miller-Uibo a elle battu le record des Bahamas du 400 m en 50.21, soit 13 centièmes plus vite que la marque établie par Christine Amertil en 2006. Ce qui est aussi le temps référence pour 2021.

Kendra Harrison, championne du monde en salle en 2018, a elle réalisé la meilleure performance de l'année (7.82) sur 60 m haies, devant la Britannique Tiffany Porter (7.89), triple médaillée du monde en salle.

En saut en hauteur, l'Américain Trey Culver a également établi la meilleure marque de l'année à 2m33, égalant son record personnel.

Pas de record ni de meilleure performance de l'année pour l'Américain Michael Norman, néanmoins vainqueur du 400 m en 45.34, au finish, devant Rai Benjamin (45.39).

Le champion du monde sur 200 m Noah Lyles s'est lui imposé en 20.80 sur la distance.

Trayvon Bromell, champion du monde en salle en 2016 sur 60 m, s'est aussi imposé sur la distance en 6.50, sans plus briller.

Sa compatriote Kayla White a gagné l'épreuve féminine en 7.15.

Le 800 m a été remporté par l'Américaine Ajee Wilson (2:01.79), médaillée de bronze aux mondiaux 2017 et 2019 et dont c'était le retour sur une piste après quasiment un an d'absence.

La réunion, habituellement organisée à Boston, a été relocalisée cette année à Staten Island, à New York, au sein de l'Ocean Breeze Athletic Complex, à huis clos, en raison de la pandémie de coronavirus.