Camille Laus ne disputera pas les demi-finales du 400 m des championnats du monde en salle de Belgrade. Elle a terminé 3e de la 4e série derrière la Polonaise Natalia Kaczmarek et la Guyanaise Aliyah Abrams, toutes deux entraient dès lors en finale. Jusqu'à la 5e et dernière série, elle était qualifiée au temps (top 2 des non qualifiées à la place) grâce à son nouveau record personnel de 52.51. Un bond de 11 centièmes sur son précédent 'personal best' (52.62 du 19 février à Gand). Au final, elle échoue pour une place mais assez loin du temps requis de 52.25 par la Cubaine Roxana Gomez, derrière repêchée à la performance.

"Je retiens le record personnel parce que c'est ma première expérience dans un championnat du monde en individuel", a réagi Camille Laus après la course. "Je fais mon record, je n'aurais pas pu rêver mieux. Maintenant c'est clair que la 13e place c'est un peu frustrant. Mais je retiens le positif, je me dis que je serai un peu plus en forme pour dimanche avec les Cheetahs. Mon objectif cet hiver c'était de faire un bon truc avec les Cheetahs, donc l'individuel c'était du bonus. Je vais surtout retenir le record."

"Tactiquement, je devais me rabattre en 3 ou 4, en 3 c'était difficile. J'ai ensuite attendu la dernière ligne droite pour passer à l'intérieur. Tactiquement je ne pouvais pas mieux faire. (...) C'est encourageant pour l'été. L'année passée je n'ai fait 52 que deux fois aux championnats de Belgique et au Van Damme et là c'est déjà ma 3e course en 52 et c'est en indoor. (...) "Avec les Cheetahs, nous avons toutes battu notre record cet hiver, on peut vraiment croire à la finale dimanche."

Rosius éliminée sur 60m : "J'apprends"

Sur 60m, Rani Rosius a pris la 4e place de la 5e des six séries vendredi matin, à Belgrade. Seules les trois premières entraient directement en demi-finales. Et son chrono de 7.33 n'était que le 10e des non-qualifiées directes. Seules les six meilleures étaient repêchées. Elle finit 28e des 47 concurrentes. La Genkoise n'était pas du tout déçue. "Je fais un mauvais départ (322 millièmes de temps de réaction), très mauvais. Je croyais à un faux-départ et puis non. Ensuite, j'ai très bien couru. Mais ici ce sont les Mondiaux, pas n'importe quel meeting à Gand. Chaque pas compte et on ne peut pas se rattraper comme ça. Et malgré tout je réalise mon 2e chrono de la saison. Je suis contente. C'est de l'expérience que j'acquiers. J'apprends", a ajouté Rani Rosius qui n'a pas quitté son sourire. "Avec un bon départ, je pense que je pouvais battre mon record personnel (7.27)."

© BELGA