La ville polonaise de Gdynia accueille ce samedi les championnats du monde de semi-marathon qui devaient à l’origine se dérouler au printemps.

La course féminine a donné lieu d’emblée à un nouveau record du monde (dans une course exclusivement féminine) signé par la Kenyane Peres Jechirchir en 1h05.16 (ancien record : 1h05.34, le 5 septembre dernier, à Prague). Déja médaillée d’or lors de l’édition 2016, l’athlète de 27 ans a débordé l’Ethiopienne Yehualaw et l’Allemande Kejeta dans les dernières centaines de mètres, cette dernière s’emparant finalement de la deuxième place.

© World Athletics

La course a été marquée par une chute survenue après 54 minutes de course et impliquant deux des candidates au titre mondial, Joyciline Jepkosgei et Ababel Yeshaneh. Plus tôt, c'est la tenante du titre Netsanet Gudeta qui était tombée. Des circonstances dont Jepchirchir a parfaitement profité...

© World Athletics

On retiendra aussi que les six premières concurrentes sont descendues sous les 66 minutes (pour la première fois de l'histoire) au cours de cette épreuve marquée par un nombre impressionnant de records personnels (65 sur les 101 concurrentes ayant rallié l'arrivée) et de records nationaux. Merci les chaussures... Les temps de passage : 15.20 (5 km), 30.47 (10 km), 46.24 (15 km) et 1h02.04 (20 km) !

Côté belge, Nina Lauwaert a terminé 38e de la course en portant son record personnel à 1h11.33 (ancien record: 1h11.50, en 2018, à Copenhague).

Tous les résultats sont à retrouver sur le site de World Athletics via ce lien.