Athlétisme

Écarquillant les yeux face au marquoir électronique affichant son chrono de 45.80, Dylan Borlée a éprouvé des difficultés à réaliser la portée de son nouveau temps de référence. En voyant son grand frère Kevin l’enserrer, avant que Jonathan ne monte à son tour sur la piste pour célébrer ce doublé familial sur 400m, dimanche, en finale du National, le jeune homme de 20 ans s’est alors instantanément rendu compte que sa deuxième place lui ouvrait grand les portes du relais 4x400m. Où, à Moscou, le 16 août prochain, dans le cadre des Championnats du Monde, il pourrait composer avec ses deux frères l’ossature - inédite à ce niveau - de l’équipe belge qui tentera de se qualifier pour la finale du lendemain.

"Être réunis tous les trois dans une même équipe pour défendre les couleurs de notre pays dans un événement aussi prestigieux, c’est le rêve que nous nourrissons depuis longtemps", sourit Dylan Borlée, médaillé d’argent avec le relais 4x400m Espoirs à l’Euro de Tampere une semaine plus tôt. "Aujourd’hui, on est déjà capable de le réaliser, c’est merveilleux, mais le chemin est encore très long pour moi."

Alors que lui-même se fixait prudemment les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016 pour atteindre cet objectif, le vice-champion de Belgique est à présent largement en avance sur son tableau de marche. "Avant, c’était le contraire, j’avais plutôt accumulé les contretemps", rappelle le longiligne athlète d’1,90m, dont les problèmes de croissance ayant entraîné des douleurs musculaires et articulaires, ont, en effet, contrarié les desseins lorsqu’il s’est décidé à suivre les traces de ses aînés. "Ce fut une période un peu difficile, durant laquelle j’ai dû ronger mon frein à l’entraînement. Aujourd’hui, ces problèmes sont derrière moi, je commence à trouver une certaine assise en course et mon évolution est somme toute logique : je rattrape le temps perdu. Mais c’est vrai que ce chrono de 45.80, même si je me sentais vraiment en forme, je ne l’avais pas vu venir."

Jacques Borlée, son papa, apprécie l’évolution de Dylan, dont il loue la pugnacité et l’envie de réussir. "À l’époque, il ne cessait d’être comparé à ses frères et à leurs chronos au même âge alors que cela n’avait tout simplement pas lieu d’être", explique l’entraîneur-sélectionneur. "Mentalement, il faut être fort pour supporter cela et je pense qu’il en est sorti d’autant plus déterminé. Il a compris qu’il devait faire son propre chemin, avec les qualités qui sont les siennes. Et après ce qu’il a montré dimanche, il doit maintenant acquérir du métier, maintenir le tronc en bonne position, être bien placé techniquement et veiller à trouver sa foulée."

Si tous ces paramètres doivent s’imbriquer progressivement grâce à l’enchaînement des courses, Dylan Borlée va pouvoir compter sur l’expérience de Kevin et de Jonathan, avec lesquels il partage déjà beaucoup de choses et qui eux-même se nourrissent de sa fraîcheur et de son état d’esprit. "Les conseils de mes deux frères sont très importants pour moi, ils savent ce qu’il faut dire avant une course pour me mettre à l’aise, et j’accueille vraiment leurs paroles avec beaucoup d’intérêt", souligne Dylan, qui a hérité du perfectionnisme de Kevin et de l’esprit de compétition de Jonathan ainsi que le dépeint leur papa.

Leur maman, elle, souligne que Kevin et Jonathan ne lui ont jamais mis la moindre pression sur les épaules : "Ils vivent leur rêve ensemble et c’est gai de les voir se stimuler l’un l’autre. C’est important pour Dylan de se savoir bien entouré."

"Il nous montre tous les jours à l’entraînement qu’il a faim d’apprendre et qu’il a le talent pour réussir", affirme, de son côté, Kevin Borlée. "En plus, il sait se faire mal quand il le faut et on ne doutait vraiment pas du fait que les chronos allaient sortir plus ou moins rapidement. Mais je lui dit, dès après sa course, que le plus important était de ne pas s’enflammer lors de ses prochaines sorties."

Car après l’heure de l’éclosion, vient celle de la confirmation. Et Dylan Borlée, dont l’exposition médiatique n’a pas (encore) atteint des sommets, sait qu’il est désormais partie prenante d’une incroyable aventure. La belle histoire de la famille Borlée continue…