Engagée mardi à Turku, en Finlande, à l’occasion des Paavo Nurmi Games, Elise Vanderelst a pris la deuxième place du 1500m derrière la Britannique Melissa Courtney-Bryant (4.03.69), la médaillée de bronze du 3000m lors de l’Euro indoor de Glasgow début 2019. La Montoise a signé, en 4.09.32, le quatrième chrono de sa carrière mais celui-ci ne lui a pas donné satisfaction. Il est vrai qu’avec une référence à 4.05.75, réussie au Mémorial Van Damme en 2018, Elise Vanderelst pouvait envisager de titiller voire de battre le record de Belgique détenu par Veerle Dejaeghere (4.05.05).

« J’espérais un meilleur chrono, c’est vrai », aquiesce-t-elle. « Les circonstances de course étaient très bonnes, idéales même, mais je n’avais pas des sensations exceptionnelles. Après le travail de Sofie Van Accom, qui servait de lièvre dans cette course, la Britannique Courtney et l’Allemande Trost ont pris le commandement et je me suis accrochée autant que possible. Mais dans le dernier tour, j’ai vraiment eu beaucoup de mal. Au final, je suis contente d’avoir pu conserver la deuxième place et si le temps n’est évidemment pas celui que j’attendais, je dirais que pour une reprise c’était correct. »

Quelques jours plus tôt, déjà en Finlande mais à Kuortane, l’athlète de 22 ans entraînée par Raymond Castiaux avait pulvérisé son record du 800m (2.02.65). Mais pour son premier 1500m, elle n’avait plus la même fraîcheur. « Il a fait très chaud en Belgique dernièrement, les nuits ont été un peu moins bonnes et la récupération, plus délicate. Je crois que j’ai besoin d’une phase de récupération avant d’entamer un nouveau bloc de travail. »

Mais le record de Belgique n’est certainement pas oublié. « Je pense que c’est une question de temps car je suis déjà capable de le battre. Il finira bien par tomber », reprend Elise, qui disputera le 1500m aux championnats de Belgique ce week-end avec Sofie Van Accom et Jenna Wyns comme principales adversaires. « Après le National, je n’ai plus que le meeting de Heusden à mon programme mais je compte sur mon manager Marc Corstjens pour me trouver encore un bon meeting d’ici là. »

Et même si cette saison se révèle particulièrement courte, Elise Vanderelst aura au moins eu le bonheur de retrouver son meilleur niveau après avoir dû abréger sa saison 2019 en raison d’une fracture au pied. « Après une préparation hivernale un peu écourtée, j’ai quand même disputé quelques courses intéressantes en salle et maintenant, je me sens monter à nouveau en puissance. C'est de bon augure ! »