Noor Vidts est désormais plus qu'une valeur sûre de notre athlétisme. La vice-championne d'Europe en titre du pentathlon, qui a terminé 4e de l'heptathlon olympique à Tokyo, sera même la vedette belge dans les épreuves individuelles des championnats du monde de Belgrade qui débutent vendredi. A 25 ans, elle n'évoluera plus dans l'ombre de Nafi Thiam, absente. "Les attentes sont tout autre désormais", reconnaît son coach Fernando Oliva. "Ce qui est important c'est que Noor a accepté ce nouveau rôle, tout en restant concentrée sur l'essentiel: l'entraînement." Ce qui explique aussi pourquoi la presse n'a pu l'approcher dans la capitale serbe avant la compétition.

Si sa meilleure performance mondiale de l'année 2020 en pentathlon (4629 points) était passée inaperçue avec l'apparition de la pandémie de Covid, sa médaille d'argent un plus tard à Torun et sa 4e place aux Jeux de Tokyo, à 29 points de la médaille de bronze, ont propulsé Noor Vidts parmi les valeurs fortes des épreuves multiples.

© BELGA

"Pour la première fois en 2020, elle a pu s'aligner sans douleurs physiques. A Berlin, en 2018, elle s'était fracturée un doigt une semaine avant l'Euro et aux Mondiaux à Doha, en 2019, elle souffrait du dos", rappelle le technicien argentin. "Je savais qu'elle avait le potentiel, encore fallait-il le traduire en compétition. Et elle l'a fait. C'est super positif".

La voilà à la 3e place du ranking mondial, derrière Thiam et la Néerlandaise Anouk Vetter, vice-championne olympique à Tokyo. Aucune des deux n'est présente ce week-end.

Vidts est donc favorite dans la capitale serbe ? Pas vraiment. Une certaine Katarina Johnson-Thompson, la tenante du titre de Birmingham en 2018, au record de 5000 points (2e performance mondiale de tous les temps réalisée à l'Euro de Prague en 2015), est de retour. Après une année olympique loupée en raison d'une blessure au tendon d'Achille puis au mollet, la Britannique, qui détient aussi le titre mondial de l'heptathlon conquis à Doha en 2019, partira avec la faveur des pronostics.

Derrière elle, Noor Vidts détient tout simplement avec ses 4791 points la 2e performance des douze engagées à Belgrade. De peu, il est vrai devant la championne d'Europe espoirs la Polonaise Adrianna Sulek (4756, la MPM de l'année). L'Américaine Kendell Williams a elle réalisé 4703 points dans le passé. "Ce sont les deux plus fortes avec KJT", estime le technicien argentin. La jeune Britannique Holly Mills (4597) ou la Tchèque Dorota Skrivanova (4597) sont les autres candidates potentielles au podium.

Ce qui pousse à l'optimisme au sujet de la protégée de Fernando Oliva c'est la forme affichée cet hiver. Engagée dans trois disciplines, elle a battu ses trois records personnels : 8.24 au 60 m haies, 14m22 au poids et 6m51 à la longueur.

"Sa performance à la longueur a été réalisée au 6e essai, elle n'en aura que trois ici", tempère Oliva. "Le seul point peut-être négatif est son manque de compétition d'épreuves multiples. La compétition reste le meilleur entraînement. Elle a été positive au Covid au mauvais moment et n'a pu en disputer cet hiver. Sur le plan technique, elle est capable de rééditer ce qu'elle fait à l'entraînement. Elle peut alors battre son record personnel. Mais cela reste un championnat du monde. Il va y avoir du public, ce sera différent de Tokyo."

Noor Vidts sera-t-elle capable de se sublimer comme lors de ses deux précédents grands championnats où elle avait battu de 162 points son record personnel du pentathlon il y a douze mois à l'Euro polonais ou de 331 unités celui de l'heptathlon aux JO de Tokyo ? Réponse vendredi peu après 20 heures.