Guy Ontanon, entraîneur français à succès, est revenu sur le début de sa collaboration avec les frères Borlée le week-end dernier.

Le coach de 62 ans a notamment expliqué au « Parisien » le sens de cette démarche initiée par Jacques Borlée (« avec qui j’ai des points de connivence ») pendant le confinement.

« Jacques s’est rendu compte que les meilleures années de Kevin et Jonathan correspondent aux périodes où ils étaient bons en vitesse. Il m’a demandé si j’accepterais de m’occuper d’eux cette saison sur 100m et 200m avec pour objectif les championnats de Belgique, mi-août. »

L’accord a été conditionné à celui de la fédération française, ce qui a été accepté. Jacques Borlée se rendra, pour sa part, en France pour participer à des colloques et détailler sa philosophie du 400m.


« Je vais essayer d’apporter un regard neuf», explique, pour sa part, Guy Ontanon.

Qui a donc jeté les bases de cette nouvelle collaboration axée autour du sprint court ce été.

« J’ai présenté aux athlètes une planification jusqu’au mois d’août et des séances d’entraînement pour les 15 jours qui arrivent. Je leur donne des consignes pour les séances et, ensuite, je fais avec Jacques les debriefs vidéo tous les soirs »

Et Guy Ontanon de poursuivre : « L’idée est de travailler sur la technique de course proprement dite. (…) Disons qu’ils ont une grosse caisse, et qu’on va essayer qu’ils soient plus Formule 1, avec plus d’explosivité. On effectue un travail technique, qualitatif sur la vitesse. Avec une dose supplémentaire de prévention de la blessure, notamment au niveau des ischio-jambiers. »

« Le challenge, c’est qu’ils soient performants en sprint, particulièrement sur 200m, à la mi-août. Ensuite, pour la saison olympique, ils se remettront sur 400m. Mais, s’ils le souhaitent, on pourra continuer à discuter», souligne encore le technicien français.