Dans L’Equipe de ce mardi, l’athlète Jimmy Gressier, grand espoir du demi-fond français, a dévoilé qu’il était à l’origine de la découverte de divers médicaments et de seringues (emballés dans plusieurs épaisseurs de cellophane) dans un sac qui appartiendrait au champion olympique 2012 du 1.500m, l’Algérien Taoufik Makhloufi. 

Le double champion d’Europe espoirs (2019) du 5000m et du 10.000m a ainsi expliqué dans quelles circonstances, le 21 août dernier, il avait ouvert un sac qui traînait et identifié comme appartenant à Makhloufi (alors à l’étranger depuis plusieurs mois) « afin de voir s’il y avait le nouveau prototype de chaussures ». Quelle ne fut pas sa surprise d’y trouver du matériel très suspect, une découverte qui a débouché sur l’ouverture d’une enquête préliminaire par le pôle santé du parquet de Paris.

Si l’athlète incriminé a réagi en déclarant être « un athlète propre » et être « victime d’une campagne de calomnie », l’affaire n’en est, bien sûr, qu’à ses prémices. Et Jimmy Gressier, assailli de « réactions qui me font doucement rire », a enfoncé le clou sur les réseaux sociaux ce mardi après-midi.

« Quand tu dénonces quelqu’un, j’ai l’impression que c’est toi le méchant », dit-il dans une vidéo publiée sur Instagram. « Le seul truc pas correct que j’ai fait, c’est d’avoir fouillé dans un sac qui ne m’appartient pas. Et oui ça me choque de voir autant de produits. Certes ce ne sont pas des produits dopants mais il faut quasiment être mort sur un lit d’hôpital pour prendre tout cela. Pour moi, prendre autant de produits pour réussir équivaut à une pratique dopante. S’il faut ça pour être champion olympique, non merci. Alors je ne sais pas si Makhloufi a triché, mais il a en tout cas des pratiques de tricheur. »

L’athlète de 23 ans, qui a publié des photos des médicaments et des seringues incriminés, se félicite encore d’avoir « fait une bonne action ». « Pour un sport plus propre, je pense qu’il faut ouvrir sa gueule et ne pas avoir peur de dire les choses. Voilà mon point de vue. Pourquoi avoir peur ? C’est eux les tricheurs, c’est pas nous ! »

© INSTAGRAM