Arrivé mercredi en Belgique en provenance des Etats-Unis, Jonathan Sacoor est immédiatement reparti, en compagnie du reste de la délégation belge, pour les Relais Mondiaux qui se déroulent ces samedi et dimanche en Pologne. Avant d’embarquer ce jeudi matin, le champion du monde juniors 2018 du 400m a accordé une interview à Sporza dans laquelle il confirme que son choix de rejoindre les Belgian Tornados a fait l’objet de beaucoup de discussions du côté de Knoxville où il étudie à l’Université du Tennesse.

"C’était une situation difficile", résume-t-il. "Ce n’est pas évident de voyager par les temps qui courent, avec le Covid, et il fallait voir si c’était une bonne idée de venir. Au bout du compte, on en est arrivé à la conclusion que je me rendrais quand même en Pologne. Et ils (NdlR : les responsables de son université) me diront à quel moment je pourrai revenir."

Pourquoi, au fond, a-t-il fait ce choix de privilégier le relais 4x400m à son université qui voulait le voir défendre ses couleurs lors d’une compétition se déroulant ce week-end également ? "Beaucoup des prestations que j’ai pu accomplir dans ma carrière jusqu’ici, je les ai faites grâce au relais 4x400m", reprend Jonathan. "Donc je trouve que j’avais la responsabilité, en tant qu’athlète belge, de venir ici. C’était une discussion, oui, j’essaie de contenter tout le monde mais ce n’est pas évident."

Sa présence empêche en tout cas un forfait puisque seuls quatre sprinters masculins sur les six sélectionnés sont finalement disponibles. Quoi qu’il en soit, le positivisme de Jonathan Sacoor reste intact. "Quand il le faut, le relais 4x400m répond toujours présent" dit le Brabançon. "À titre personnel, après une très bonne saison en salle, j’ai connu des courses plus difficiles, où je n’ai pas presté au niveau où je l’espérais, mais avec un peu de réglages, je devrais pouvoir élever mon niveau rapidement. Kevin et Dylan Borlée ont, en tout cas, signé une bonne rentrée en Italie. C’est encourageant pour la suite de la saison."