La composition de la délégation belge pour les prochains championnats d’Europe de cross-country a été dévoilée ce midi. Et le moins que l’on puisse écrire est qu’elle a suscité de très nombreuses réactions négatives, depuis lors, sur les réseaux sociaux. Il faut dire que beaucoup ne comprennent pas pourquoi la commission de sélection de la Ligue Royale Belge d’Athlétisme n’a sélectionné qu’une athlète féminine (juniore) en individuel pour cet Euro, en plus des deux athlètes (Elise Vanderelst et Vanessa Scaunet) qui composeront la moitié du relais mixte en Irlande. La décision est même vécue comme un véritable affront par Nina Lauwaert qui, dimanche, avait remporté la CrossCup de Roulers, la course de sélection pour ces championnats d’Europe, dans des conditions météo très difficiles.

"Quelle défiance envers l’athlétisme féminin !", a écrit la marathonienne sur sa page Facebook. "C’est aussi un beau message vis-à-vis de la jeunesse : entraîne-toi et travaille aussi dur que tu veux, sois résiliente, mais tu n’auras pas ta chance. Cela me rend très en colère, et beaucoup de femmes avec moi à mon avis. Pauvre, pauvre Belgique."

Dans un courrier adressé aux médias, elle a également ajouté : "Il ne s’agit pas ici de ma propre sélection mais je me sens atteinte en tant que femme. (…) Les femmes sont désavantagées. Ni la gagnante chez les espoirs ni moi n’avons été retenues. Que doit-on faire de plus pour être sélectionnées ?"

Lisa Rooms, deuxième du cross long à Roulers, s’est elle aussi fendue d’une lettre ouverte dans laquelle elle s’offusque de cette sélection injuste à ses yeux. "Une seule femme en individuel aux championnats d’Europe, est-ce cela le signal que nous voulons donner ?" s’interroge-t-elle. "Bon sang, comment les jeunes filles peuvent-elles rêver d’une carrière athlétique ? (…) Avec ce signal, on leur dit simplement : ‘ne choisis pas ce sport parce que tes rêves sont des mensonges’. (…) En fait il s’agit de discrimination pure et simple."

Les athlètes concernées déplorent aussi le manque de transparence autour de la sélection. "Une commission de sélection décide mais personne ne sait concrètement qui la compose. Il n’y a jamais non plus de justification après coup."


Pour Rutger Smith, "le niveau n'est pas assez élevé"

La délégation belge pour Berlin comporte 14 hommes pour 3 femmes (auxquels il faut ajouter deux réservistes, un de chaque sexe, pour le relais mixte) et trois équipes masculines seront en lice. Les critères sportifs pour entrer en ligne de compte pour une sélection se basaient sur un potentiel de top 20 en individuel et de top 6 en équipe.

"Nous avons effectué des analyses et il en ressort que les femmes sont loin d'être dans le top 20", assure Rutger Smith, le coordinateur du Haut Niveau en Flandre et membre de la commission concernée. "Nous avons regardé les performances passées, le cross de sélection de Roulers et les courses de ces dernières semaines. Nina Lauwaert, victorieuse à Roulers, est moins en forme qu'en 2018 et à l'époque, elle avait terminé 22e de l'Euro. Il est difficile de défendre le fait de les envoyer. Le niveau des femmes n'est tout simplement pas assez élevé. Je ne peux être plus clair à ce sujet."