Le journal cite sans les nommer deux personnes ayant eu connaissance des résultats du test, initialement révélés par le journal The Gleaner à la Jamaïque.

L'agent de Sha'Carri Richardson, Renaldo Nehemiah, n'a pas donné suite à une demande de commentaire de l'AFP.

Richardson, 21 ans, avait remporté la finale du 100 m aux sélections américaines en juin dans l'Oregon, obtenant son ticket pour les Jeux olympiques de Tokyo. En avril, elle était devenue la sixième femme la plus rapide du monde sur la distance, en 10.72 sec lors d'un meeting en Floride.

La marijuana figure sur la liste des substances interdites de l'Agence mondiale antidopage, et un résultat positif peut entraîner une interdiction de concourir d'un mois à deux ans.

Un résultat positif au test lors des sélections invaliderait sa victoire et permettrait à une athlète moins bien placée d'obtenir un ticket pour les JO, même si Richardson n'écope que de la sanction minimale.

Le New York Times a également rapporté que d'autres finalistes du 100 m féminin lors des sélections avaient été informées qu'elles avaient été promues dans le classement.

L'athlète, a publié un tweet énigmatique, déclarant à ses followers : "Je suis humaine".