Brutal. Pour son premier 400 m haies de la saison, le Norvégien Karsten Warholm a battu le vieux record du monde de l'Américain Kevin Young en 46.70 jeudi à domicile à Oslo.

Il y a cinq jours, son rival américain Rai Benjamin avait pourtant frappé un grand coup en volant à Warholm la place de 2e meilleur performeur de l'histoire avec un temps de 46.83 lors des sélections olympiques américaines.

Le Norvégien de 25 ans n'a pas repris son bien jeudi, il a carrément tout emporté sur son passage en effaçant les 46.78 record de l'Américain Kevin Young qui dataient de près de 29 ans et des Jeux olympiques de 1992 à Barcelone, alors que Warholm n'était pas encore né...

"Je savais que j'avais un temps rapide en moi depuis longtemps, mais c'est autre chose de le faire. C'était juste le moment parfait, tout le monde en parlait (du record). Ma première au stade Bislett avec le retour du public, c'est tellement spécial d'être capable de la faire, je suis juste fier, c'est incroyable", a-t-il réagi.

"C'est seulement mon premier 400 m haies de l'année. Je peux développer encore ma course et faire mieux", a-t-il ajouté.

Ahurissant de puissance dès les premiers appuis, il a profité des 5.000 spectateurs acquis à sa cause, dont la légende du ski alpin Aksel Lund Svindal, pour écraser la course sans un regard pour ses adversaires, sûrement piqué par la récente performance de Rai Benjamin.

Nouvelle alléchante, les deux hommes doivent se retrouver le 9 juillet au meeting de Monaco pour un affrontement explosif en forme d'échauffement avant les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet - 8 août), où leur duel s'annonce épique.

Duplantis a tenté le record

Karsten Warholm, double champion du monde en titre, s'était déjà approché à plusieurs reprises du record du monde en 2019 (46.92) puis en 2020 (46.87). Il valide à 25 ans sa mainmise sur une discipline en pleine ébullition qu'il a relancée depuis quatre ans avec Benjamin et le Qatari Abderrahman Samba: les deux-tiers des 18 meilleurs chronos de tous les temps ont été réussis depuis 2018.

Monstre de puissance au physique musculeux (1,87 m, 80 kg), hurlant et se frappant le torse et les joues avant ses courses, Warholm (24 ans) attire également la lumière par sa personnalité hors norme et décalée.

Depuis mars 2015, cet ancien amateur d'épreuves combinées (7.764 points en junior sur décathlon) a lié sa destinée à Leif Olav Alnes, un entraîneur de près de 40 ans son aîné, qui partage son excentricité, pour le meilleur: il a conquis avec lui deux titres mondiaux et deux titres européens (dont un en salle sur 400 m).

Le 400 m haies, discipline complète alliant technique, vitesse, résistance et finesse tactique, se retrouve également sous le feu des projecteurs chez les femmes: l'Américaine Sydney McLaughlin s'est emparée samedi du record du monde féminin (51.90). Elle dispute elle aussi un duel de feu avec sa compatriote championne olympique et ex-recordwoman du monde Dalilah Muhammad.

Un autre record du monde a tremblé à Oslo jeudi. Le Suédois Armand Duplantis a échoué par trois fois à 6,19 m pour améliorer sa propre meilleure marque de tous les temps (6,18 m réussis en 2020).

Le prodige de 21 ans a tout de même facilement remporté le concours avec un saut réussi du premier coup à 6,01 m devant le champion du monde américain Sam Kendricks (5,91 m) et le Français Renaud Lavillenie (5,81 m).