Le relais 4x400m mixte, qualifié pour les Jeux, a terminé 6e de la finale mondiale.

Composé de Dylan Borlée, Hanne Claes, Camille Laus et Kevin Borlée, le relais 4x400m mixte belge s’est classé sixième de la première finale mondiale de la discipline, ce dimanche, à Doha, en signant un deuxième record de Belgique consécutif (3.14.22). La veille, la formation, qui s’alignait avec Robin Vanderbemden, Camille Laus, Imke Vervaet et Dylan Borlée, s’était qualifiée pour les Jeux olympiques avec un chrono de 3.16.16.

"On manque encore un peu d’expérience, Camille et moi, par rapport aux garçons", souligne Hanne Claes qui, après avoir reçu le témoin en huitième position des mains de Dylan Borlée lors d’une transmission très perfectible a réussi à grappiller deux places en course. "Certains passages n’ont pas été bons techniquement. Il faut dire aussi que les autres équipes ont sorti le grand jeu, avec par exemple Allyson Felix (NdlR : qui a remporté son 12e titre mondial, soit 1 de plus qu’Usain Bolt) pour les États-Unis. Quand je l’ai vue courir dix mètres devant moi, je me suis dit : ‘oh mon dieu !’ C’était un honneur pour moi. Mais voilà, on va retenir que c’était une très chouette expérience. Une finale mondiale, c’est un niveau très élevé mais, à l’avenir, on aura vraiment le potentiel pour viser plus haut."


Plusieurs équipes avaient modifié leur composition pour cette finale remportée par les Etats-Unis en 3.09.34 (record du monde) devant la Jamaïque (3.11.78) et le surprenant Bahreïn (3.11.82). "On peut être fier, déjà, d’avoir lancé ce projet et j’espère que cela incitera la jeunesse à vouloir l’intégrer", explique Dylan Borlée. "Quand on se souvient de la polémique que notre qualification a faite, on se dit que cela en valait quand même la peine avec cette 6e place mondiale! J’espère qu’on va en tirer les leçons parce qu’on est certes une petite nation mais on se tue quotidiennement à l’entraînement pour parvenir à atteindre le plus haut niveau possible."

Aligné en dépit de douleurs au dos ("J’ai des problèmes à tout mon flanc droit"), Kevin Borlée a été contraint de courir seul en sixième position. "C’est la course ! Je pense que les gens devant leur télévision ont malgré tout dû apprécier le spectacle. On a montré, en qualifiant une troisième équipe pour une finale, qu’on a un certain niveau. Et aujourd’hui, nos adversaires n’étaient pas des équipes de seconde main !"

Camille Laus approuve. "Ça allait vite ! Il y avait de grandes différences de niveau entre certains athlètes. Mais on a une belle marge de progression. Les filles découvrent ce niveau mondial. Sixième, dans ces conditions, c’est quand même bien."