À l’initiative de Carole Bam, leur coach, et de la psychologue du sport Ellen Schouppe, les Belgian Cheetahs ont participé à leur premier rassemblement de la saison, samedi et dimanche, à Rendeux, à quelques kilomètres de la Roche-en-Ardenne. Dans la bonne humeur, les spécialistes du relais 4x400m (parmi lesquelles seule Manon Depuydt, un peu malade, faisait défaut) ont participé à diverses activités organisées par leurs hôtes du WildTrail Basecamp : kayak, escalade, tyrolienne, épreuve d’orientation, danse et dîner au coin du feu ont rythmé leur week-end.

« Les dix filles, qui ont été dépistées pour le Covid avant le départ, ont semblé apprécier ces retrouvailles autant que cet endroit qui est vraiment très plaisant », explique Carole Bam. « Le programmé était très varié et certaines activités sociales, comme lorsqu’elles ont dû jouer aux pompiers, étaient particulièrement intéressantes afin de permettre aux filles de prendre le lead à tour de rôle, faisant ainsi ressortir certains traits de la personnalité de chacune. »

Pour Camille Laus, Hanne Claes, Cynthia Bolingo, Paulien Couckuyt, Imke Vervaet, Margo Van Puyvelde, Justien Grillet, Lucie Ferauge, Liefde Schoemaker et Elise Lasser, ce teambuilding constituait aussi une manière agréable de débuter la saison olympique.

«C’était génial comme séjour et vraiment idéal au niveau du timing », témoigne la capitaine Camille Laus. « On avait très envie de se revoir après une saison où on n’a fait que se croiser sur les quelques compétitions qui ont pu avoir lieu. Moi, ça m’a vraiment reboostée juste avant de reprendre les entraînements ce lundi. »

"Garder cette flamme olympique en tête"

Un regain d’énergie bienvenu pour tous les membres de cette équipe qui a décroché sa qualification pour les Jeux olympiques lors des Mondiaux 2019 à Doha. Et si cette saison 2021 s’inscrit dans un contexte encore incertain, les Belgian Cheetahs ne veulent pas trop y penser.

« Après une saison qu’on peut qualifier de pourrie, il nous importait vraiment de repartir du bon pied et d’apporter un peu de structure et de clarté pour les semaines et les mois à venir », reprend Carole Bam. « On va prendre cette année comme une année normale parce que c’est la seule bonne attitude à avoir. Pour nous, les Jeux de Tokyo auront lieu, on veut garder cette flamme olympique en tête, c’est elle qui doit continuer à nous guider. »

«Personnellement, cela me fait du bien de me retrouver à nouveau dans un vrai processus après une année aussi difficile dont j’ai quand même tiré des enseignements et qui a servi d’expérience», souligne Camille Laus. « Notre ‘road to Tokyo’ a commencé ce week-end. Et je suis à nouveau pleinement tournée vers le futur. »

L'Euro indoor, premier objectif

Un avenir qui passera normalement par les championnats d’Europe de Torun, en Pologne, pour lesquels notre équipe devra se qualifier au temps, seuls trois pays (et non six) étant invités sur base du ranking. 

« Toutes les filles savent à quoi s’en tenir, il faudra quand même atteindre un certain niveau dès cet hiver car on ne pourra se qualifier qu’à l’addition des chronos individuels », dit Carole Bam. « Deux mois après cet Euro en salle, se dérouleront, toujours en Pologne, les Relais Mondiaux où la Belgique, qui joue à présent dans la cour des grandes, veut faire bonne figure. Cette compétition servira, en effet, de répétition générale avant les Jeux. »

Et qui sait si, en chemin, Hanne Maudens, qui a décidé d'abandonner les épreuves combinées pour les courses, ne viendra pas se greffer au projet...