On n’est jamais trop prudent ! C’est, en somme, ce que se sont dit Eliott Crestan et Elise Vanderelst en arrivant sur le sol polonais. À 22 ans, le Namurois, qui dispute les séries du 800 m ce vendredi (à 20 h 30, dans la 6e série) peu après Aurèle Vandeputte (engagé dans la 3e série), tient à ne pas s’enflammer alors que certains lui prédisent déjà une bonne place en… finale.

"Passer le premier tour, c’est tout ce à quoi je pense pour le moment", dit celui qui avait déjà disputé l’Euro en plein air de Berlin en 2018. "Ici, je veux faire mieux et passer un tour. Il faudra voir contre qui je tombe mais je donnerai le maximum."

Seuls les trois premiers de chacune des six séries se hisseront en demi-finales. "Quand on repêche au temps, certains partent plus vite. Ici, ce n’est pas le cas. Nous verrons bien", a expliqué, en visioconférence de presse, Eliott Crestan, ajoutant apprécier quand "cela se joue dans les 300 derniers mètres".

"Envie d’un podium"

De son côté aussi, Elise Vanderelst, qui détient le chrono le plus rapide des engagées dans ces championnats, préfère ne pas se projeter. "Mon objectif est, bien sûr, d’aller en finale. Nous verrons alors ce qui se passera", a déclaré la Montoise, qui fait chambre commune avec Fanny Smets à Torun. "J’ai forcément envie de monter sur le podium mais cela reste tactique et plus compliqué en salle car tout peut arriver. Théoriquement, j’ai un des meilleurs temps, oui."

L’athlète entraînée par Raymond Castiaux disputera la première série à 12 h 22 alors que Linsdey De Grande sera engagée dans la 2e (12 h 32). Les deux premières de chacune des trois séries ainsi que les trois meilleurs temps suivants iront en finale samedi.