Athlétisme

L'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a annoncé jeudi, trois jours après la clôture officielle des inscriptions, la présence de 1928 athlètes à la 17e édition des championnats du monde d'athlétisme. 

La parité est encore loin d'être atteinte. Il y aura 1039 hommes et 889 femmes à Doha, la capitale du Qatar, entre le 27 septembre et le 6 octobre. Ils étaient 2038 (1080 hommes et 958 femmes) à Londres en 2017. Parmi les participants figurent 38 des 44 lauréats individuels d'il y a deux ans à Londres, dont Nafissatou Thiam, et les trente nouveaux lauréats de la Golden League.

Avec ses 27 représentants, la Belgique aura presque autant d'athlètes que la Russie. Celle-ci est suspendue depuis novembre 2015. Son statut sera revu par l'IAAF le 23 septembre. Toutefois, des athlètes russes qui n'ont pas été impliqués dans des affaires de dopage pourront s'aligner en tant qu'"athlète neutre autorisé" (ANA). Ils seront au nombre de 29.

Des records non sportifs seront ou pourront être battus au Qatar. Le plus probable est celui du marcheur espagnol Jesus Angel Garcia. S'il prend le départ du 50 km le samedi 28 septembre, ce qui est son intention, il portera à treize le nombre de ses participations aux championnats du monde en dix-sept éditions. De plus, à 49 ans, le champion du monde 1993 deviendrait le doyen des athlètes à avoir disputé un Mondial.

L'Américaine Allyson Felix, sportive la plus médaillée des Mondiaux avec 16 médailles (11 en or, 3 en argent et 2 en bronze), devenue maman, peut espérer à 33 ans augmenter son total à l'occasion du relais 4X400m qu'elle devrait courir notamment face aux Belgian Cheetahs.