Nafi Thiam, 9e de l’heptathlon avec 6.412 points, a validé sa qualification olympique.

Après avoir conclu la première journée de compétition à 3.878 points (5e), en améliorant au passage son record personnel en 100m haies (13.79), Nafi Thiam a dû se contenter de la 9e place finale d’un heptathlon remporté par la Canadienne Brianne Theisen-Eaton (qui a totalisé 6.808 pts). Forte d’un nouveau record au javelot (52,03 m), la Namuroise, elle, a signé le troisième total de sa carrière avec 6.412 unités, à 96 points de son record de Belgique, réussissant - c’était, à vrai dire, une formalité - le minimum olympique fixé à 6.200 points.

"Je peux tout à fait me satisfaire de mon résultat", a expliqué l’athlète de 20 ans, restant les pieds sur terre. "Je ne peux pas, comme l’an dernier, améliorer tous mes records à chaque fois. C’est à Pékin, à l’occasion des Championnats du Monde, qu’il faudra être en forme."

Son discours aurait, sans doute, pu être bien différent si Nafi, brillante lauréate du concours de la hauteur (1,92m) lors de la première journée, avait été un peu plus constante dans ses performances. Et c’est bien là, entre autres, que réside la difficulté dans les épreuves combinées. Au poids, samedi, son lancer à 14,69 m est, par exemple, resté bien en deçà de sa meilleure marque absolue (15,03 m). Mais c’est sans doute à la longueur, dimanche, que notre compatriote a vu s’éloigner le podium, ses 6,06m se révélant très insuffisants au vu de son potentiel dans la discipline (record : 6,37 m), son baroud au javelot, la replaçant immédiatement à la quatrième place, se révélant aussi beau qu’inutile. Sur 800m, au bout de deux journées éprouvantes, Nafi tenta en effet de limiter les dégâts, mais termina en 2:24.20, à plus de trois secondes de son record personnel.

Cinquième l’an dernier, pour sa première expérience en Autriche, Nafi Thiam devait cette fois se contenter de la 9e position. Une expérience dont elle se servira pour construire, avec son entraîneur Roger Lespagnard, de grandes performances futures. Ne doutons pas, en effet, que notre meilleure heptathlonienne, si elle continue sur sa lancée, jouera les premiers rôles aux Jeux Olympiques de Rio l’an prochain ! "Mais mon objectif reste 2020", affirme-t-elle. "Même si je fais déjà un truc en 2016, je pense que je pourrai faire encore mieux en 2020. Maintenant, quatre ans, c’est énorme. Déjà en un an, d’ici à Rio, il peut se passer énormément de choses."

Les Mondiaux de Pékin constitueront, en tout cas, un précieux point de repère pour l’étudiante en sciences géographiques...