Les conditions étaient optimales, ce mardi soir, au meeting de Montreuil, en France, et Cynthia Bolingo en a parfaitement profité ! Deuxième du 400m, la sprinteuse bruxelloise a, en effet, pulvérisé le record de Belgique de Kim Gevaert (51.45 en 2005) et décroché sa qualification olympique en signant un chrono de 50.75 alors que le minimum était de 51.35. Du grand art ! Le record personnel de Cynthia était, depuis les championnats d'Europe de Berlin en 2018, de 51.69, un chrono dont elle s'était approchée à 6 centièmes pour son premier 400m de l'année, le 21 mai dernier, à Dessau. Ce chrono de 50.75 réussi par la vice-championne d'Europe en salle 2019 constitue la deuxième performance européenne de la saison. Seule la Néerlandaise Femke Bol a fait mieux (50.56) cette saison.

"Je pourrais dire que je l'ai senti venir, mais ce n'est absolument pas le cas", a commenté Cynthia Bolingo à la presse après sa performance. "À l'entraînement, je courais plus vite que jamais, mais je n'avais pas vu venir le moment où j'irais aussi vite. J'ai réalisé d'un coup mon record personnel, battu le record de Belgique et atteint la limite olympique. C'est tellement bien. Je suis aussi la première Belge sous les 51 secondes. C'est simplement la soirée parfaite. Battre enfin le record de Kim Gevaert n'est pas seulement bien pour moi mais pour tout l'athlétisme belge. Cela démontre que nous continuons à faire des progrès."

"Cette qualification olympique est un soulagement incroyable", a-t-elle ajouté. "Au fond de moi, je me posais tout le temps la question de savoir si j'allais réussir à aller aux Jeux, car on ne peut jamais en être sûre en se basant uniquement sur les classements mondiaux. Maintenant, je ne dois plus les regarder."


Thiam gagne la hauteur avec 1,89m : "Pas une catastrophe"

À la hauteur, Nafi Thiam a, elle, remporté le concours avec un saut à 1,89m. La championne olympique de l'heptathlon n'a pas réussi à franchir une barre à 1,92m. Voici son concours dans le détail : 1,83m (0), 1,86m (X,0), 1,89m (0) et 1,92m (X,X,X).

"Par moments, tout se passait bien et à d'autres, c'était difficile", a confié Thiam. "C'était donc irrégulier, mais ce n'est pas une catastrophe. Dans cette partie de la saison, j'essaie d'apprendre. Je sais maintenant sur quoi travailler. On ne saute pas deux mètres comme ça. C'est un travail difficile. Le puzzle doit être parfait, et il ne l'est pas encore, mais ce n'est qu'une question de détails. Pas d'inquiétude. Plus je pense pendant mes sauts, plus c'est difficile. Il faut que ça arrive tout seul, et c'est à ça que servent les compétitions comme celle-ci."

© BELGA

Nafi Thiam veut bien entendu être en pleine forme plus tard dans la saison. "Je ne veux pas atteindre mon pic de forme avant Tokyo. Il y a eu des années où j'étais au top en mai ou juin et un peu moins en août. Maintenant ça doit être l'inverse. En ce moment, j'essaie encore de trouver mon rythme, mais c'est logique. Je suis devenu plus forte et plus rapide, mais à cause de cela, ma course n'est plus tout à fait correcte. Il faut toujours s'adapter."

Enfin, Elise Vanderelst s'est classée quatrième du 1500m en 4.07.81, le 5e chrono de sa carrière. Le minimum olympique dans cette épreuve est de 4.04.20. "Quelque part, je pensais un peu à ce minimum olympique mais ce n'est pas sorti. Je ne peux cependant pas me plaindre. Ce qu'il me manque encore ? C'est difficile. Il  y a eu quelques bousculades aujourd'hui et j'espère que la prochaine course sera encore plus rapide."

Ceci dit, la championne d'Europe en salle a un peu changé d'approche en vue des Jeux. "À l'origine, nous voulions nous fixer sur une course afin de réussir le minimum mais il est sans doute plus intelligent d'accumuler des points de meeting en meeting pour le ranking mondial. De cette façon je peux planifier un pic de forme à Tokyo."