Treize jours après le Mémorial Van Damme, la Diamond League reprend ses droits, ce jeudi soir, au stade olympique de Rome. Deux hommes y seront particulièrement surveillés : Karsten Warholm sur 400 m haies et Armand Duplantis à la perche. Le Norvégien de 24 ans, deuxième performeur de tous les temps qui possède désormais cinq des douze meilleurs chronos de l’histoire de sa discipline, et le Suédois de 20 ans, talent phénoménal en quête de la meilleure performance de l’Histoire en plein air, ont confié, à leur arrivée en Italie, qu’ils s’accommodaient tant bien que mal des attentes les accompagnant à chacune de leurs sorties.

"On est tous les deux dans une situation un peu étrange", résume Karsten Warholm. "J’établis des chronos très rapides, Mondo saute très haut. Et pourtant on nous demande de plus en plus souvent si l’on est déçus. Mais non, bien sûr que non ! On doit être heureux et reconnaissants de signer les résultats que l’on réussit actuellement. Pour ma part, je pense de moins en moins au record du monde parce que je sais que si je le chasse continuellement, je n’y arriverai probablement pas. C’est une situation assez difficile. Cette année, c’est vraiment moi contre le chrono. Mais il s’agit avant tout de faire tout ce que je peux pour réaliser mon potentiel."

Acquiescant de la tête, Armand Duplantis ajoute : "C’est vrai qu’il y a désormais une petite pression qui repose sur nos épaules à chaque meeting. Mais il ne faut pas oublier qu’à la perche tous les meilleurs sont là, à chaque meeting, et je ne peux pas les sous-estimer. Le premier objectif doit toujours être la victoire. Évidemment, si l’occasion se présente, j’essaierai d’aller le plus haut possible. Ma forme actuelle est appréciable, les barres hautes me semblent de plus en plus faciles au fil des semaines, et ce devrait donc être une belle soirée."

Avec Broeders, Orcel et Kimeli

Ben Broeders, présent dans ce concours de perche de haut vol, ne sera pas le seul Belge en piste. Claire Orcel, au saut en hauteur, et Isaac Kimeli, sur 3 000 m, ont obtenu le droit de participer. À eux de l’honorer…