Autres sports

Le Liégeois a perdu aux points son titre européen des Super-Plume contre Boschiero

PADOUE Samedi soir, à Padoue, Ermano Fegatilli n'a pas réussi à convaincre les juges qu'il méritait de rester le champion d'Europe des Super-Plume. Au terme de son duel face à l'Italien Devis Boschiero, classé 3e mondial, le boxeur liégeois acceptait difficilement un verdict il est vrai disproportionné : 117-111, 113-112 et 116-113. “Je n'ai certes pas réussi à faire tout ce que je voulais mais je pense qu'une victoire d'un point en ma faveur ou un match nul aurait mieux reflété la physionomie du combat”, explique celui qui avait déjà défendu son titre victorieusement en Italie le 25 février dernier. “Je suis, par conséquent, très déçu de la décision. Mais c'est souvent le cas quand on prend le risque de se produire à l'étranger.”

Si notre compatriote a perdu assez nettement les deux derniers rounds, il n'a, en revanche, jamais été mis réellement en difficulté auparavant. En début de troisième reprise, il a même fait tituber son adversaire sur un enchaînement droite-gauche, avant de connaître ses meilleurs moments dans les sixième et neuvième rounds. Boschiero, pour sa part, ne se montrant menaçant qu'à partir de la neuvième reprise. Suffisant, pourtant, pour faire pencher la balance de son côté à l'issue d'une confrontation très disputée et qui aura tenu ses promesses...
“Les tifosi m'ont témoigné leur admiration quant à ma prestation, me disant notamment que j'ai donné plus de fil à retordre à Boschiero que l'actuel champion du monde japonais qu'il a affronté il y a quelques mois”, faisait remarquer Fegatilli, qui semble par ailleurs avoir perdu toutes ses illusions quant au soutien politique qu'il méritait incontestablement au vu de son palmarès et de son investissement. “Je ne vous cache pas que je vais probablement accepter la proposition qui m'a été faite de boxer sous licence italienne dès le mois de janvier prochain. Je suis en possession des papiers, je n'ai plus qu'à signer. Je n'abandonne donc pas mon rêve de devenir champion du monde, bien au contraire ! J'ai montré face à un boxeur du top mondial, un bon frappeur, que je pouvais rivaliser. Et en Italie, au moins, je bénéficierai des appuis nécessaires, ceux qui me font défaut en Belgique, pour organiser des championnats à domicile et mettre tous les atouts de mon côté. Honnêtement, je suis fatigué par la situation actuelle, le Ministre Antoine ne se manifeste pas, et mes projets ont déjà été assez retardés comme ça. Le manque de soutien aux sportifs belges dans des disciplines peu médiatisées m'écoeure.”

À 27 ans, Ermano Fegatilli (25 victoires, 5 défaites), qui détenait le titre EBU depuis février 2011, a donc choisi de ne plus attendre, pour ne rien avoir à regretter plus tard. En attendant, la Belgique ne compte plus qu'un champion d'Europe, Alex Miskirtchian, dans la catégorie des Plume.

© La Dernière Heure 2012