Ski alpin. La descente de samedi est ouverte à Val-d'Isère

VAL-D'ISÈRE Bode Miller est l'homme à battre en toutes circonstances, ce qui sera encore vrai samedi dans la descente de Coupe du Monde de Val-d'Isère, avec en point de mire la tête du classement général. Impérial la semaine dernière à Wengen, le quadruple champion du monde ne se formalise pas d'une neige et d'une piste plus faciles à Val-d'Isère. Un bon souvenir, d'ail- leurs, pour lui, que la station savoyarde. C'est sur l'Oreiller-Killy que le skieur du New Hampshire avait, en effet, remporté, en décembre 2001, sa première Coupe du Monde. En slalom géant. Depuis, il a élargi son domaine à la vitesse. Et le seul entraînement disputé, jeudi, avec un départ abaissé au niveau de celui du super-combiné, a bien montré qu'il était dans le coup, tout comme Didier Cuche, leader du classement de la Coupe du Monde de descente. Quatre fois deuxième cette saison dans la discipline reine, le Neuchâtelois ne se montre pas dépité. "Par rapport à l'an passé, ces deuxièmes places sont comme des victoires. Le premier des perdants, parfois c'est bien" , rappelle Cuche.

Premier au général, Aksel Lund Svindal tentera en priorité de conserver une partie de son avance, actuellement de 52 points sur Cuche et 63 sur Miller. L'Italien Peter Fill, autre habitué des podiums ces dernières semaines, ne se fait pas d'illusions. "La piste, qui n'a pas beaucoup de pente, ressemble à une autoroute. C'est pour des glisseurs" , souligne le skieur du Haut-Adige, un des meil-leurs techniciens du circuit. Souvent malmenés depuis le début de la saison, les Autrichiens sont les rois de l'OK. Lors de la dernière descente, en décembre 2005, ils avaient réalisé le triplé avec, dans l'ordre, Michael Walchhofer, Fritz Strobl et Hans Grugger, à nouveau en évidence jeudi. "J'ai oublié ma chute de Wengen. J'y ai pensé la nuit suivante mais ça m'a fait du bien de recourir le lendemain. Puis je suis rentré à la maison. Repos lundi et entraînement en super-G mardi" , remarque Walchi , qui a un rapport spécial avec Val-d'Isère où il avait également remporté il y a an le super-combiné.

Après quelques problèmes en début de saison, le Canadien Erik Guay semble avoir retrouvé des ailes : il a dominé l'entraînement. Val-d'Isère vaudra aussi, pour les Français, par le retour d'Antoine Dénériaz, champion olympique de descente, qui avait renoncé à la descente de Wengen pour retrouver une forme, physique et mentale, acceptable.



© La Dernière Heure 2007