Le promoteur britannique Eddie Hearn n'a pas réussi à garder le secret bien longtemps : Tyson Fury et Anthony Joshua se sont bel et bien mis d'accord sur le principe de s'affronter à deux reprises ainsi que sur la clé de répartition des gains (50/50). 

Une avancée dans les pourparlers entre les deux camps, même si la route concernant les "détails" (dates et lieux) est encore longue et si rien n'est encore signé actuellement. 

"On progresse très rapidement", a indiqué Hearn, qui veille aux intérêts de Joshua, dans une interview à la chaîne Sky Sports. "En principe, les deux boxeurs ont donné leur accord pour ce combat. Ces deux combats."


L'idée de ce "mega fight" qui fait saliver toute la Grande-Bretagne (et bien plus !) est bien sûr de proposer une unification des titres dans la catégorie reine entre Joshua, détenteur des ceintures WBA, IBF et WBO, et Fury, l'actuel champion WBC. Mais elle est conditionnée à une nouvelle victoire du "Roi des Gitans" sur l'Américain Deontay Wilder, l'épisode 3 de leur confrontation étant prévue contractuellement. Quant à Anthony Joshua, il doit encore engager ses ceintures dans un combat face au Bulgare Kubrat Pulev qui n'est pas prévu avant octobre prochain.

Beaucoup d'obstacles à franchir

Les challengers officiels des deux hommes (Dillian Whyte pour Tyson Fury et Oleksander Usyk pour Anthony Joshua) ne pourront pas être évités beaucoup plus longtemps non plus. Autant d'obstacles à franchir avant d'assister, peut-être en 2021, à un duel explosif entre Britanniques.

"Le plus grand combat de l'histoire de la boxe britannique vient d'être convenu", a réagi Tyson Fury sur Instagram. "Je dois fracasser le visage de Deontay Wilder lors de mon prochain combat et après, direction le combat contre Joshua l'an prochain..."

Frank Warren, le co-promoteur de Fury, a douché un peu l'enthousiasme de son poulain en précisant qu'il n'y avait "vraiment rien de neuf" et que les prétendues "révélations" d'Eddie Hearn, à qui il reproche un effet d'annonce, ne comportaient aucun caractère bien neuf. "Il ne s'agit que des termes de base d'un deal potentiel", précise-t-il.

© DAZN