Après avoir chauffé son adversaire avant le combat, Joël Tambwe Djeko rêvait d’épingler le nom de Tony Yoka à son palmarès, ce vendredi à Nantes, et de freiner ainsi les rêves de conquête mondiale du Français. Monté de catégorie il y a peu, le Bruxellois n’a toutefois pas réellement fait le poids et, touché dans son intégrité physique par un série de coups violents (dont un uppercut) dans le douzième et dernier round, il a fini par abandonner. Jamais notre compatriote n’aura montré suffisamment de velléités offensives pour faire pencher de son côté un combat dominé nettement par le champion olympique 2016. Au centre du ring, bien en place, Yoka n’a jamais été inquiété, profitant de son physique, de ses grands bras et de sa puissance.

Big Joe n’a sans doute remporté que le premier round, celui où les deux hommes se sont jaugés, avec un peu plus de jabs jetés côté belge. Mais sa mobilité, ses déplacements n’ont jamais compensé la justesse des coups décochés par le Français, même si celui-ci n’arrivait que rarement à placer sa droite. Très rapidement, trop rapidement, le boxeur de 31 ans a pris des coups évitables et, surtout, il a manqué d’activité. Autant on pouvait penser un temps qu’il s’agissait d’une stratégie afin de terminer le combat, autant le déroulement à sens unique des rounds laissait penser à une victoire aux points du Français. Qui, au final, n’a pas vécu "l’enfer" qui lui a été promis et a prouvé des qualités de finisseur.

Et c’est donc Big Joe, le visage tuméfié, qui devait concéder la 3e défaite de sa carrière (17 victoires et 1 nul) après avoir tourné le dos à son adversaire. Lequel, invaincu, compte à présent dix victoires dont 8 avant la limite et poursuit son ascension avec une ceinture de l’Union européenne autour de la taille.

La marche était-elle trop haute pour le Belge venu des lourds-légers ? Pesé à 104 kg, il n’a, en tout cas, pas montré son visage habituel ou son côté imprévisible. Il reste à voir si sa prestation de ce vendredi aura convaincu d’autres promoteurs susceptibles de le faire boxer dans de grandes soirées.