Dans le match des mal lotis, Dragons-Beerschot, il y a déjà urgence

BRUXELLES La formule du deuxième tour qui consiste à jouer dix journées pour éliminer deux équipes est certainement discutable sur le plan sportif. Elle présente au moins le mérite, dans sa phase initiale, de garder intact le suspense, puisque la quatrième place ne peut jamais être très loin en début de parcours. Cela suffit à motiver les équipes qui ont raté leur début de parcours.

Dans cette optique, le match le plus important de la quatrième journée est incontestablement celui qui opposera les actuels deux derniers de la classe (1 point sur 18 à eux deux) : le Dragons et le Beerschot, au parc de Brasschaat.

Le vaincu, si vaincu il y a, verra se creuser inexorablement un fossé par rapport aux ambitions qu'il peut légitimement revendiquer. C'est dire que les deux équipes ne laisseront rien au hasard. Les troupes de Marcelo Orlando récupéreront leurs deux absents, très regrettés la semaine dernière, Felipe Montegu et Hugues De Cooman.

Le Dragons s'alignera également au complet dans ce nouveau derby anversois (ce n'est évidemment pas ce qui manque dans ce deuxième tour dont la moitié des participants vient de la Métropole)...

Réagir devant l'adversité

À Auderghem, le Waterloo Ducks recevra l'autoritaire meneur de la compétition, le Léo (qui compte 9 points sur 9, même si 3 de ces points ont été attaqués en appel). Quelque peu ébranlés par les mauvaises nouvelles de la semaine dernière - une défaite dramatique en fin de match juste après avoir raté un stroke, et l'absence pour Dieu sait combien de temps de Juane Garreta -, les Waterlootois devront montrer qu'ils possèdent des ressources morales dans l'adversité. Ce sera en tout état de cause bien plus qu'un simple duel de prestige entre les deux finalistes de la saison dernière (et sur le même terrain).

Enfin, le programme sera complété par Louvain-Antwerp. Les troupes de Piet-Hein Geeris, dont on rappellera qu'elles ont remporté le pre- mier tour et n'ont encore perdu que sur le tapis vert au second, devront sortir leur meilleur jeu pour se dépêtrer de ce déplacement traditionnellement très difficile. Celles de Michel Van den Boer rêvent de fêter une nouvelle danse du scalp autour de la dépouille du champion d'automne, après avoir accroché celui du champion tout court, mais cela devra se faire sans Fabian Van Kerckhove, suspendu.

Au total, un programme copieux mais sûrement pas indigeste pour autant !



© La Dernière Heure 2007