La BESF, fédération belge de l'esport, publie une étude sur la perception de l'esport par la population

À l’occasion de son récent partenariat avec la Loterie Nationale, la Fédération belge de l'esport a dévoilé ce mercredi les chiffres-clés de sa première étude commandée auprès de l’institut IPSOS. Celle-ci portait sur la perception de la pratique de l’e-sport et des jeux-vidéo et a été réalisée auprès de la population belge sur un échantillon représentatif de 3000 personnes.

La BESF, fédération belge de l'esport, publie une étude sur la perception de l'esport par la population
©D.R.

L’objectif de la BESF était de disposer de données correctes pour tenter de développer un cadre de gouvernance entourant le secteur en Belgique, comme l’explique son vice-président Samy Bessi.

“Nous avançons à notre rythme et en essayant de ne pas brûler les étapes. Une étude fiable est un point de départ impératif pour établir une bonne gouvernance et développer la BESF.”

Samy Bessi
Samy Bessi ©D.R.


Premier constat : une majorité de Belges joue aux jeux-vidéo. Plus de 60 % des interrogés ont en effet confirmé pratiquer les jeux-vidéos, et de manière quotidienne pour un tiers d'entre eux. Un taux de pratique qui atteint les 82% sur la tranche d'âge 16-24 ans.

43% des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà entendu parler d'esport. Les hommes semblent plus au fait du secteur, avec 58% de réponses positives contre seulement 29% chez les femmes. Des statistiques qui diminuent au fur et à mesure que l’âge des sondés augmente.

Et enfin, ce sont près de 10% des personnes de l'échantillon interrogé qui se déclarent eux-mêmes comme pratiquant l'esport. Un chiffre porté à près de 1.160.000 e-sportifs à l'échelle nationale, et qui donne une idée de la taille d'un marché belge en plein développement.

Dans le cadre de cette annonce, Damien Rapoye et Samy Bessi, vice-présidents de la fédération, en ont profité pour annoncer l'adhésion de la BESF à l'ESIC. L'ESIC est une coalition composée de pays membres mais aussi d'ayant droits majeurs dans l'industrie du jeu-vidéo et des plus grands organisateurs de tournois, visant à instaurer un cadre de gouvernance mondiale dans le secteur. Ian Smith, commissaire principal de l'ESIC, était présent pour l'occasion :

“Dans ce secteur, le jeu que vous pratiquez reste la propriété d’une entreprise. Ces sociétés font donc ce qu'elles veulent sur leurs jeux. Une gouvernance est donc nécessaire pour maintenir les intérêts de chacun, y compris les joueurs.”

Olivier Alsteens, COO de la Loterie Nationale, en a aussi profité pour rappeler l’investissement fait par la Loterie Nationale dans le développement du secteur :

“La Loterie Nationale est très heureuse de participer à un tel projet, en total accord avec les valeurs que nous mettons en avant, notamment au travers de nos différents partenariats avec différentes fédérations sportives."

Sammy Mahdi, secrétaire d’état chargé de la Loterie Nationale, a pris la parole pour réexpliquer la volonté du gouvernement de participer à l’effort engagé et la construction d’un écosystème sain et régulé :

“L'eSport est en plein essor. Le nombre de joueurs professionnels, les prix en argent et le nombre de spectateurs ont augmenté de façon exponentielle ces dernières années. Aussi en Belgique. Je suis heureux de voir que le secteur belge de l'eSport souhaite se professionnaliser davantage dans divers domaines, tels que la sensibilisation, l'éducation, etc. En tant que secrétaire d'État chargé de la Loterie nationale, je tiens beaucoup à soutenir ce processus.”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be