Une loi sur les jeux de hasard interdit la sortie de "Diablo:Immortal" en Belgique !

Le modèle économique des jeux vidéo a fortement changé depuis quelques années, permettant entre autres d'acquérir certains de ceux-ci sans avoir besoin de les acheter. Les éditeurs trouvent une manière d'être rétribués grâce à des objets disponibles en jeu uniquement, pour autant parfois qu'on soit prêt à mettre la main au portefeuille. En Belgique, une loi interdit depuis 2018 une partie de ce mécanisme.

Une loi sur les jeux de hasard interdit la sortie de "Diablo:Immortal" en Belgique !
©D.R.

Depuis 2018, la Belgique et les Pays-Bas estiment que certains modèles économiques de jeux vidéo s'apparentent à des jeux de hasard.

En effet, alors que le modèle classique d'acquisition des jeux consistait auparavant à les acheter puis à disposer de l'intégralité de ces derniers, certains éditeurs ont vu une manière d'augmenter leurs gains et de les faire durer dans le temps via un système s'apparentant à la loterie.

Explications :

Il est fréquent aujourd'hui que certains jeux soient gratuits . Les éditeurs misent sur des achats que les consommateurs feront durant leurs parties pour obtenir des bénéfices.

En effet, pour progresser plus vite, certains joueurs ne vont pas hésiter à acheter des "objets" permettant par exemple d'augmenter leurs capacités et donc d'évoluer plus rapidement.

Jeux de hasard

Là où la loi belge n'est pas d'accord, c'est sur une méthode qui consiste à pouvoir acheter ce qu'on appelle des " loot box ", qui sont des boîtes dans lesquelles se trouvent des objets aléatoires.

En somme, l'acheteur ne sait pas ce qu'il va obtenir. Et bien souvent, pour obtenir un objet convoité, il faut acquérir de nombreuses boites, le pourcentage d'objets rares étant très faible.

Une "loot box" dans le jeu Rocket League
Une "loot box" dans le jeu Rocket League ©D.R.


C'est le cas par exemple de " Counter-Strike Global Offensive ". Ce jeu de type FPS était à l'origine dérivé du jeu "Half-Life" qui ne pouvait s'obtenir qu'après l'avoir acheté.

Aujourd'hui, CS:GO est gratuit mais les joueurs belges n'ont plus accès à toute une série d'éléments permettant notamment d'améliorer les skins ( NDLR: apparence des personnages et des objets ), ce qui frustre pas mal la communauté belge.

Counter-Strile Global Offensive
Counter-Strile Global Offensive ©D.R.

Diablo:Immortal interdit

Et le couperet est tombé il y a 5 jours pour le prochain Diablo Immortal très attendu, dont la sortie est programmée au 2 juin prochain.



Sur la plateforme Reddit , un développeur a confirmé que le jeu ne pourrait pas être téléchargé depuis la Belgique, ni depuis les Pays-Bas.

Message Reddit
Message Reddit ©D.R.



Dans les grandes lignes, le message dit ceci :

"Malheureusement, les joueurs des Pays-Bas et de Belgique ne seront pas capables d'installer Diablo:Immortal suite aux restrictions de leurs pays sur les jeux de hasard. Les "loot boxes" dans le jeu sont contre les lois de votre pays, donc à moins que ces lois ne soient modifiées, le jeu ne sortira pas aux Pays-Bas et en Belgique. Il serait illégal pour vous de télécharger le jeu depuis un autre pays comme la France.

Si vous décidez de jouer, je ne peux pas vous garantir que vous ne serez pas bannis pour cela. Ce que je peux dire, c'est que dans des situations similaires dans le passé, nous n'avons pas banni les joueurs ayant contourné le système, mais je ne peux pas vous garantir que vous ne serez pas bannis."

En conclusion

Il est peu probable que le monde des éditeurs de jeux vidéo s'adapte à nos deux petits pays, tant le modèle est rentable.

Il est évident que cette loi vise à protéger les plus jeunes, facilement influençables et à réduire le risque d'addiction. Mais en informatique, tout est contournable, et assez facilement dans le cas présent.

Espérons que nos états trouvent une manière de contenter tout le monde dans un futur proche.

En attendant, les fans de Diablobelges seront privés de cette sortie le 2 juin prochain.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be