eSport FIFA revient cette année avec un épisode qui déborde de contenu en ligne et hors ligne. Suffisant pour écraser la concurrence ?

Disons le d'emblée, FIFA 20 a tout pour plaire. De ses graphismes affinés à son gameplay retravaillé, le titre d'EA Sports semble tenir là l'une de ses meilleures itérations depuis de nombreuses années. Son contenu faramineux passe du football champagne au football de rue (avec Volta) sans oublier les soirées entre amis, avec plusieurs nouveaux types de match et des modes en ligne améliorés. Même le mode Carrière a droit à une retouche bienvenue. 

Ballon plus lourd et défense manuelle au programme

FIFA 20 reproduit, dans les grandes lignes, les sensations manette en main présentes dans son prédécesseur. Si il ne faut pas s'attendre à une révolution, le gameplay de cet opus 2020 a tout de même été bonifié, effaçant plusieurs défauts qui avaient fait de FIFA 19 l'un des épisodes les moins appréciés depuis longtemps.

Tout d'abord, la défense a été entièrement revue. Impossible maintenant de compter sur des défenseurs qui agissent automatiquement, il faudra prendre des initiatives et ne pas se trouer, sous peine d'être très vite sanctionné par son adversaire. Les gardiens, eux, semblent n'être pas encore au sommet de leur forme et plusieurs petits bugs de positionnement ou de prise de balle sont survenus lors de nos différents matchs.

Ensuite, le ballon a été encore alourdi pour plus de réalisme. Il est loin le temps où les matchs FIFA semblaient se disputer avec un ballon de plage. Celui de FIFA 20 semble s'être encore alourdi, au point de donner parfois aux passes de cet opus des airs de PES. Un air aussitôt oublié quand les joueurs se lancent dans un sprint car, si le gameplay a été ralenti de façon générale, les attaquants les plus rapides en tirent profit pour perforer les défenses de contres assassins.

Enfin, les mécaniques de tir et de coups de pied arrêtés ont été totalement remplacées. Le tir en pleine action demande une meilleure maîtrise tant de la puissance que de la trajectoire pour faire mouche tandis que les coups-francs et penaltys se déroulent maintenant en "phases" : d'abord on vise, ensuite on ajuste la puissance et on termine par gérer l'impact du pied sur le ballon, pour lui apporter un effet ou au contraire le prendre du cou-de-pied. Des techniques pas faciles à intégrer mais qui devraient faire de vous l'as des tirs si elles sont maîtrisées.

© EA Sports


Contenu à gogo et personnalisation optimale

Cette année encore, EA Sports tape fort avec une multitude de modes de jeux et de façon d'apprécier FIFA 20. Les traditionnels Ultimate Team (qui voit apparaître des récompenses saisonnières à l'image d'un passe de combat de Fortnite), Club pro, Coop ou encore Coup d'envoi sont bien évidemment de retour. Ce dernier, qui avait entamé l'an dernier une mue en accueillant des matchs aux règles décalées voit sa galerie de possibilités rallongée puisque "Ballon mystère" et "Défends ton terrain" intègrent le casting.

Mais c'est du côté du mode Carrière que les changements sont les plus importants. Le manager ou le joueur que l'on incarne sont maintenant entièrement personnalisables, de leur morphologie à leurs vêtements, en passant par leur coupe de cheveux ou la couleur de leurs yeux. Une personnalisation bien pensée et bien venue que l'on retrouve avec joie dans le mode Club pro, où chaque pro sera à présent totalement différent des autres. Le mode Carrière se dote également d'une gestion du moral de ses troupes et de véritables conférences de presse où il faudra se méfier des questions qui pourraient faire descendre l'entente au sein de l'équipe.

Avec autant de possibilités différentes de s'amuser seul, en ligne ou sur le même canapé que des amis, ce FIFA 20 vous promettra des dizaines d'heures de jeu avant même d'avoir fait le tour de ce qu'il a à proposer, d'autant qu'il nous reste à aborder le mode Volta.

© EA Sports


Volta, ode au football de rue

EA Sports avait ravi les fans de FIFA Street en annonçant Volta, un nouveau mode de jeu faisant la part belle au foot de rue. Et si Volta n'est pas FIFA Street (loin de là), le mode reste une véritable aventure en soi. 

Adieu Alex Hunter, qui est ici remplacé par un mode histoire présent dans Volta et qui fera évoluer votre personnage de petits matches dans son quartier aux finales mondiales des championnats de Futsal. Une odyssée donc lors de laquelle il faudra choisir les bons attributs pour faire de votre joueur le roi du bitume. On regrettera un peu la VF désastreuse et le casting un peu inégal qui n'égalera pas le mode Aventure présent dans les précédents opus. Néanmoins, cette nouveauté a l'avantage de proposer quelque chose de différent et de totalement inédit à la série.

Dans le gameplay, Volta n'est en rien comparable à FIFA Street. Il s'agit plus d'une version plus technique et plus dynamique des matches à 11 contre 11. Le ressenti est donc totalement différent et les gestes techniques semblent moins robotisés. Mais on y perd un peu l'aspect spectaculaire présent dans les anciens opus de foot de rue propres à EA Sports. 

Côté ambiance, par contre, Volta fait très fort. Avec de nombreux types de terrains et d'environnements modélisés, une bande-son impeccablement choisie et une ambiance générale parfaitement réglée, Volta vous plongera entièrement dans le monde du foot de rue. Une belle réussite !

A noter que Volta présente également des modes en ligne permettant d'affronter des adversaires afin d'obtenir des crédits à dépenser ensuite dans votre mode histoire. A l'heure d'écrire ce test, nous n'avons pas pu tester ces matchs, faute d'adversaires (en attendant la sortie du jeu).

FIFA 20 a donc tout pour plaire. Un contenu gargantuesque, du foot pour tous les goûts, une personnalisation aux petits oignons et un gameplay globalement bien retravaillé. Si il est sûr que le jeu d'EA Sports ne sera jamais la simulation pure et dure qu'est PES, il comblera tout de même nombre d'attentes de joueurs à la recherche de différentes sensations, du passionné de football champagne à celui qui veut s'éclater avec ses amis (en ligne mais aussi hors ligne), en passant par le joueur solo du mode Carrière ou par le fana de foot de rue. Un opus qui, si il ne subit pas une multitude de patchs modifiant le gameplay dans ses premiers mois, pourrait bien être un excellent cru.