Cette semaine, c'est le capitaine de l'équipe League of Legends de chez Aethra Esports, Jan-Willem "Tuomari" van Wingerden, qui a répondu à nos questions. Il revient sur sa mésaventure du Split précédent, sur le changement d'équipiers à l'intersaison ainsi que son ambition pour cette nouvelle saison de la Belgian League.

© Aethra Esports

Lors du Split précédent, vous êtes passés complètement au travers de votre championnat (notamment avec une fin de Split catastrophique) en terminant à la dernière place. Qu’est-ce qui explique un tel résultat final ?

La dernière saison a, en effet, été un désastre absolu ! Nous n'étions pas du tout complémentaires et beaucoup ont très vite abandonné lors de ce Split.

Même si le potentiel de l'équipe était assez élevé, la volonté de s'améliorer et la motivation pour gagner n'étaient pas au rendez-vous. Pour moi, c'était le pire Split que je n'ai jamais joué et cela m'a fait réfléchir sur ma volonté de continuer à jouer en compétition ou non, et si c'était aussi ma faute.

En y repensant, il y avait tellement de choses qui n'allaient pas ! Par exemple, des coéquipiers qui s'interpellaient de manière agressive, ce qui les faisait encore moins s'entendre. Le résultat final a été de tout perdre ou presque et l'équipe s'est effondrée. À ce moment-là, j'attendais au moins que le Split se termine pour pouvoir prendre un nouveau départ avec un autre groupe de joueurs.

Vous aviez pourtant plutôt bien débuté la compétition avec deux victoires et deux défaites jusqu’à la semaine 4. Quel a été l’élément déclencheur de votre chute de fin de Split ?

L'implosion mentale à l'intérieur du groupe, le fait que les gens ne voulaient plus jouer les uns avec les autres, surtout la botlane qui a perdu toute sa motivation à travailler ensemble.

Cela a rendu le jeu tout simplement injouable ! Nous avions trois joueurs qui étaient exceptionnellement têtus et ne pouvaient pas gérer les réactions de manière appropriée. Il n'y avait donc aucun moyen d'aider quelqu'un à élargir ses connaissances ou à s'améliorer, car ils le prenaient simplement comme une attaque personnelle et se sentaient offensés.

Dès la troisième semaine, la négativité a commencé et nos résultats ont très rapidement décliné.

Les playoffs étaient-ils déjà un objectif majeur de votre saison à ce moment-là ?

Mon objectif personnel était simplement de remporter ce Split, je n'ai pas eu une compétition où je n'ai pas atteint la finale depuis très longtemps. Je pense que l'objectif de l'équipe était d'obtenir la deuxième place, ce qui était réaliste d'une certaine manière.

En outre, j'ai l'impression que les attentes de certains joueurs que nous avions à l'époque étaient trop élevées par rapport à leur niveau de jeu. C'est pourquoi il était frustrant pour eux de perdre parce qu'ils s'attendaient à être les patrons absolus de la compétition. Ce que nous n'étions pas du tout ! D'ailleurs, je pense que nous étions l'équipe la plus fragile de la ligue et que nous n'avions aucune constance.

Pour ce Summer Split, vous revenez avec une toute nouvelle line-up bâtie autour de toi. Était-ce la solution ultime à vos problèmes ?

Je ne pense pas que ce soit la solution ultime à nos problèmes, mais je pense qu'il s'agit d'une équipe qui permet à tous les membres de la line-up de s'amuser tout en s'améliorant. J'aime aussi le fait d'avoir un duo de vétérans comme moi et Slyver et de combiner cela avec de jeunes joueurs talentueux comme Mikkel, Goksi et Bardo.

Au début, nous avons eu du mal à trouver notre identité car tout devait être fait rapidement, nous n'avions que deux semaines d'entraînement avant le début de la saison. Je pense personnellement que cette équipe m'a redonné du plaisir en compétition et c'est quelque chose qui me manquait depuis un certain temps.

© Belgian League

Vous êtes la seule équipe à ne pas avoir de joueurs belges dans son cinq de base. Avec quatre joueurs néerlandais, pourquoi avoir choisi la Belgian League et pas la Dutch League ?

La Dutch League est très fermée, j'ai eu quelques offres d'équipes évoluant dans ce championnat mais personnellement, je n'ai pas beaucoup aimé certaines des line-ups engagées.

Mon opinion sur la Dutch League est que si vous ne signez pas avec l'une des trois grandes organisations (LLL, THRL ou PSV), cela ne vaut pas la peine d'y aller car vous ne la gagnerez probablement pas. La ligue belge est beaucoup plus ouverte, comme nous l'avons montré lors de ce Split. Tout le monde peut battre tout le monde, sauf nous face à KVM bien sûr, ce qui semble impossible. (rires)

La Belgian League est aussi beaucoup plus amusante ! Je pense personnellement que les équipes et les joueurs évoluent de manière plus respectueuse, au lieu de se moquer des adversaires. J'ai senti que c'était la bonne chose à faire, car la communauté du championnat belge correspond à ce que je veux faire, c'est-à-dire m'amuser et jouer le plus possible.

Cela m'a également donné l'occasion unique de me constituer un groupe de personnes qui ont la même vision et qui aiment simplement le jeu. Je pense que cette dernière raison a été la plus grande motivation, car c'est tout ce que je recherche dans une équipe. Peut-être qu'à l'avenir, j'essaierai à nouveau d'être compétitif, mais pour l'instant, je fais mes études et d'autres activités à côté, ce qui fait qu'il est difficile de s'y consacrer à 100 %.

Comment avez-vous abordé ce Summer Split 2020 ?

L'objectif de ce Summer Split était d'abord de retrouver la sérénité après le désastre que nous avions connu lors du Split précédent.

Travailler sur ce qui était important, s'amuser et comprendre mes erreurs les plus fondamentales en tant qu'être humain, voilà ce sur quoi je me suis concentré. Avec cette nouvelle équipe, j'ai le sentiment d'avoir une bonne chance de réussir, tout en créant progressivement un groupe d'amis qui aiment jouer au jeu.

J'ai personnellement modifié l'entraînement de l'équipe avec l'entraîneur DoNotBlameMe, ce qui l'a aidé à enseigner les choses les plus importantes sur le jeu en commun. En plus, pour ce Split, j'ai le sentiment d'être de loin le meilleur top laner de la ligue, ceci grâce à mon expérience dans les grandes compétitions et à ma compréhension du jeu en tant que "shotcaller".

Quel est votre objectif dans ce Split-ci ?

Mon objectif personnel est d'être le meilleur top laner et je fais actuellement tout mon possible pour affirmer ma domination dans tout ce que je fais. J'essaye également d'être aussi cohérent que possible dans ce domaine.

Pour l'équipe, j'aimerais voir l'entraînement et les efforts que nous déployons porter leurs fruits en nous qualifiant pour la finale. Bien sûr, ce serait fantastique de la gagner, mais je ne veux pas prendre de l'avance, car nous devons encore affronter beaucoup d'équipes décentes pour y parvenir.

© Aethra Esports

Après un départ difficile (trois défaites et une victoire), vous avez su relever la tête pour finalement ajouter quelques succès au compteur. Quelle est la grosse différence par rapport au Spring Split ?

Ce sont les joueurs qui font la différence, avec leur volonté d'apporter des changements et de commencer à former les fondamentaux.

Nous avons travaillé sur des styles de draft qui nous plaisent, sur des choix et des combinaisons qui nous donneraient un avantage. La principale chose que nous avons faite les premières semaines a été de trouver notre identité d'équipe, de savoir qui serait prioritaire lors de la draft lorsqu'il s'agit de choisir un scénario de contre-attaque. Quels champions nous apprécions, quelles combinaisons nous faisons en B1 et en R1 R2.

Toutes ces petites choses se sont additionnées et nous avons trouvé un moyen d'obtenir des drafts décentes, avec de bons résultats. Cela nous a permis de nous améliorer constamment au lieu de s'écrouler mentalement.

Jusqu’à ce lundi, Aethra a été la seule équipe à battre les Sector One, tous Splits confondus. Comment se sent-on après un tel exploit ?

Sector One était voué à tomber ! Ils sont irrespectueux lors des drafts et jouent vraiment avec arrogance. Leur défaite contre nous était le parfait exemple de leur pensée qu'ils sont plus en avance sur la concurrence qu'ils ne le sont en réalité.

C'était incroyable de les battre, surtout pour le classement, mais c'est aussi quelque chose qui va revenir et que d'autres équipes vont commencer à faire.

Sector One n'est pas le patron du championnat, ce sont aussi des joueurs avec des faiblesses et des défauts. Ils font beaucoup d'erreurs, mais jusqu'à présent, ils étaient trop bons individuellement pour que cela leur soit néfaste. Je pense qu'avec la réduction de l'écart de niveau et le fait que j'ai retrouvé une partie de mon ancienne forme, ils sont promis à un avenir très difficile.

Comment avez-vous réussi là où tant d’autres ont échoué avant vous (vous y compris) ?

J'ai grandi en apprenant à comprendre que rien ne vient à vous gratuitement, que vous devez travailler dur pour obtenir ce que vous voulez vraiment.

Si vous échouez la première fois, vous n'abandonnez pas mais vous essayerez à nouveau. C'est aussi quelque chose qui est dans ma personnalité, je suis super compétitif dans tout ce que je fais. Quel que soit le jeu auquel je joue, j'essaierai toujours de trouver le meilleur moyen de gagner et, dans League of Legends, cela signifie que je ferai de mon mieux pour comprendre tout ce que le jeu a à offrir.

Je pense que la victoire contre Sector One est un excellent exemple du fait que l'abandon n'est jamais la voie à suivre. Si vous continuez et essayez de comprendre ce que vous devez faire pour y arriver, vous finirez toujours par réussir. Le problème que je vois avec beaucoup de joueurs, c'est qu'ils veulent la gloire de la victoire, mais ils ne veulent pas faire l'effort d'arriver au point où ils sont capables de la concrétiser.

Lors de cette septième journée, vous avez assuré votre place en playoffs grâce à deux nouvelles victoires. Mission accomplie ?

Ce n'est que la première partie de la mission, c'était plutôt une quête secondaire qui était nécessaire pour arriver là où nous voulons être.

Mais je pense que ces deux victoires montrent que nous sommes bien meilleurs que ce que les gens attendaient au départ. Nous savons tous que le Split commence vraiment lors des play-offs, c'est là que chacun joue ses cartes qu'il a gardées pendant des semaines pour se préparer.

C'est donc maintenant le moment de passer à la vraie mission, gagner le Split ! Je suis super excité de montrer ce que nous avons en réserve.

Avec ces deux nouveaux succès, vous êtes 3èmes au classement à une journée de la fin de la phase classique. Êtes-vous satisfaits avec cette place ou visiez-vous encore plus haut ?

Avoir une place plus élevée est évidemment mieux, mais avec la quantité de travail que nous avons dû faire, je suis super satisfait de cette troisième place.

Nous sommes partis de nulle part et nous avons dû tout réapprendre de zéro, alors que d'autres équipes avaient déjà de l'expérience en commun grâce au Split précédent.

Si notre équipe reste soudée pour une autre saison, je pense qu'elle sera une concurrente très solide et que nous pourrons viser la première place. Mais pour l'instant, c'est une très bonne place à prendre et, évidemment, atteindre les play-offs est tout ce qui compte ! Au final, vous devez de toute façon battre tout le monde. Alors, est-ce que la manière dont vous y arrivez est vraiment importante ? Probablement pas.

© Belgian League

Une place en European Masters, c’est aujourd’hui possible ?

Je ne veux pas me projeter trop loin, je pense que nous avons une bonne chance de gagner mais c'est l'objectif de tout le monde à ce stade.

Nous voyons beaucoup d'équipes tenter de s'emparer de cette place et tout va se jouer sur la question de savoir qui veut le plus et qui s'est préparé le mieux. Si nous devions aller aux EUM, je pense que ce serait un endroit fantastique pour montrer enfin certains de nos nouveaux talents comme Mikkel.

Je pense personnellement que ce joueur est très talentueux et je ferai tout ce que je peux pour l'amener sur la grande scène, s'il le veut aussi bien sûr...

Que penses-tu du niveau global de ce Summer Split ?

Le niveau moyen de la Belgian League a considérablement augmenté, ce qui rend les parties beaucoup plus compétitives. Personnellement, j'aime le fait que chaque équipe puisse battre toutes les autres et que tous les pronostics puissent être jetés à la poubelle.

Cela rend également l'expérience du spectateur beaucoup plus amusante et cela pousse chaque équipe à travailler dur pour gagner.

J'adore le niveau actuel de la ligue et je pense qu'il ne fera que s'améliorer dans les années à venir. Le meilleur, c'est que ce ne sont pas les joueurs importés qui font exploser cette ligue, ce sont les talents du Benelux qui apparaissent et qui font la différence. Et je pense que c'est exactement le but de ce championnat !

Un pronostic pour le podium final ?

Je pense que la finale se jouera entre nous et Sector One, après avoir battu tout le monde 2-0 avec beaucoup de confiance et d'habileté. (rires)

Non, plus sérieusement, je pense que la finale va être hyper serrée, jouée en cinq manches, ce qui proposera du spectacle aux spectateurs. C'est en tout cas très difficile de faire un pronostic final.