L'arrivée d'un nouveau sponsor de taille est en général toujours une bonne nouvelle pour le milieu esportif. Qu'il s'agisse de multinationales, de sportifs professionnels ou de personnalités diverses, chaque nouvel apport est une plus-value pour l'ensemble de la scène compétitive mondiale.

Malheureusement, il arrive parfois que certaines structures, par avidité ou simple naïveté, se fourvoient dans le choix de leurs partenaires. Ce qui ne manque évidemment pas de faire réagir également les fans du monde entier.

C'est ce que vient de connaitre Riot Games, l'éditeur de League of Legends. Après Kia, Alienware ou encore KitKat, c'est un partenariat juteux avec le projet NEOM qui a été annoncé par son League of Legends European Championship (LEC). Censé porter uniquement sur le prochain Summer Split, ce sponsoring avait pour objectif de financer l'Oracle, un système capable de prédire aux commentateurs et joueurs les prochains mouvements d'une équipe.

Si les intentions semblent louables sur le papier, la nature même de NEOM ainsi que son pays d'origine à tout de suite fait lever les boucliers d'une grande majorité des fans mais également, plus grave, d'une partie des collaborateurs du LEC dont l'ensemble des présentateurs et commentateurs de la compétition.

NEOM est un projet communautaire futuriste à plus de 500 milliards de dollars ! Basé en Arabie Saoudite, il prévoit la création d'une nouvelle ville futuriste supportée par le gouvernement saoudien et par le Prince-héritier Mohammed bin Salman. Au programme selon le Wall Street Journal : lune artificielle, plages luminescentes la nuit, taxis-drones volants et même des robots-dinosaures...

Toute la démesure de ce projet pourrait prêter à sourire s'il n'avait pas engendré l'expropriation de milliers de personnes et la mort en avril dernier de son principal opposant, Abdul Rahim al-Huwaiti.

Il faut également rajouter à cela la répression du régime saoudien envers le droit des femmes mais également sa position ferme envers le mouvement LGBT. Rappelons que cette cause a toujours été soutenue par le LEC, ce dernier portant même les couleurs de l'arc-en-ciel sur son logo !

Cette annonce n'a évidemment pas tardé à créer la polémique sur les réseaux sociaux au travers des nombreux fans de la compétition mais également des personnes qui travaillent chaque saison sur les LEC. C'est notamment le cas de notre compatriote Eefje Depoortere, présentatrice de l'événement, mais également de l'ensemble de ses collègues !

Le tollé a été tel que Riot Games a été forcé de réagir dès le lendemain en annonçant la fin du partenariat litigieux et en présentant ses excuses à la communauté. Malgré la probable substantielle rentrée d'argent que celui-ci représentait, certaines valeurs véhiculées en parallèle allaient à l'encontre de celles prônées depuis des années par l'éditeur, ce qui a renforcé la sensation de trahison et d'incompréhension de la part de nombreuses personnes !

Mais le LEC n'est pas le seul à avoir conclu un accord avec NEOM. La société BLAST, notamment à la tête des BLAST Series, a également annoncé quelques jours plus tôt l'arrivée de la société saoudienne au rang de sponsor principal. Si la communauté CS:GO ne semble pas encore s'être rebellée à ce propos, il est à prévoir que le précédent créé par Riot Games devrait accélérer le retrait de BLAST dans ce partenariat !