eSport L'équipe américaine Echo Fox est dans la tourmente. Si elle ne prend pas des sanctions vis-à-vis de l'un de ses investisseurs, elle risque de très lourdes sanctions.

Il faut dire que ce qui est reproché à Amit Raizada, actionnaire et copropriétaire de la structure, relève d'une grave infraction tant au règlement du championnat de League of Legends qu'à la loi puisque ce dernier aurait proféré des menaces et des insultes racistes envers l'un des dirigeants de la structure Echo Fox.

C'est le journaliste britannique Richard Lewis qui a ébruité l'affaire le 26 avril dernier, relayant dans son article une lettre de Rick Fox, ancien sportif américain et fondateur d'Echo Fox, qui expliquait vouloir quitter la structure qu'il a créé suite à "la récente manifestation scandaleuse et odieuse de racisme pur manifestée par un actionnaire important d'Echo Fox, ainsi que les menaces posées sur "sa" famille."

Après enquête, il reviendrait aux oreilles des journalistes qu'un échange particulièrement violent a eu lieu entre Amit Raizada et Jace Hall, membre de la direction d'Echo Fox. Un débat vigoureux qui aurait mené l'actionnaire à prononcer le mot "nègre" pour qualifier son interlocuteur, d'origine Afro-américaine.

L'affaire est évidemment arrivée aux oreilles de Riot Games, développeurs du jeu League of Legends et organisateurs des LCS. Ceux-ci, qui ont déjà gravement suspendu et punis des joueurs ayant eu pareil comportement, ont demandé à Echo Fox de prendre les sanctions adéquates vis-à-vis de leur investisseur. En d'autres mots, soit Echo Fox se débarrasse d'Amit Raizada, soit l'équipe risque d'être tout simplement disqualifiée de la compétition. 

Après un premier ultimatum fixé au 16 juillet, les studios américains ont laissé une semaine supplémentaire à Echox Fox pour prouver les mesures prises et éviter ainsi la plus grave des sanctions. La destitution officielle d'Amit Raizada est donc attendue pour ce lundi 22 juillet.