La fin d'année arrivant à grands pas, il est l'heure de faire le bilan mais aussi et surtout de tenter de prédire le futur du sport électronique en Belgique. À quoi va-t-il ressembler en 2020? Devons-nous nous attendre à une révolution dans certains domaines? Une des questions essentielles que nous en avons tiré est la suivante : quelle était/est/sera la place des LANs dans le milieu esportif?

Afin de vous apporter les réponses les plus concrètes possibles, nous sommes partis à la rencontre du directeur de chez LouvardGame, Philippe Bouillon. Fort de plusieurs années d'expérience, il nous partage son savoir et surtout son avis sur la question au travers d'une longue interview.

Bonjour Philippe. Pour commencer, pourrais-tu nous donner ta définition d'une LAN?

Bonjour à tous. Pour moi, une LAN, c'est un rassemblement physique de joueurs en un même endroit afin d'y partager une même passion : le sport électronique.

Il faut savoir qu'au début, on ne parlait pas forcément de compétition dans ce genre d'événement. C'est pour cela que je donnerais finalement deux variantes à cette définition : une correspondant aux LANs d'avant 2010 et une autre pour celles d'après, où l'esport en Belgique et même globalement a réellement explosé. La première serait un rassemblement de joueurs dans un même endroit afin d'y jouer en local, et non pas par internet. La deuxième, visant donc plutôt l'esport d'après 2010, est que la LAN est véritablement rentrée dans le jargon des joueurs et signifie intrinsèquement qu'il y a un attrait compétitif derrière, ce qui n'était pas toujours le cas avant.

Quelles sont les différences fondamentales avec un tournoi en ligne?

Ce qui est important à dissocier, c'est que les LANs sont rassembleuses, elles offrent un côté social, humain et la possibilité de parler à d'autres joueurs et même aux organisateurs. Ce qui n'est pas toujours possible sur internet.

Mais cela n'empêche que les tournois en ligne sont tout aussi compétitifs ! Même si la LAN amène d'autres éléments en plus tels que l'ambiance, la pression de jouer devant un public, la gestion entre les matchs, …

La finalité n'est en général pas la même non plus. Aujourd'hui, de plus en plus de tournois en ligne amènent à des compétitions LAN. C'est là que les plus grosses sommes d'argent sont mises en jeu.

Dans l'esport moderne, la LAN est bien souvent l'aboutissement de tout un processus démarrant par une phase en ligne. On pourrait même parler d'ultime rendez-vous d'une compétition.

De manière globale, les joueurs vont toujours préférer jouer un tournoi en LAN plutôt qu'en ligne pour toutes ces raisons. À niveau de compétition égal bien entendu !

Avec les moyens de transport auxquels nous avons accès aujourd'hui, est-ce que la LAN permet également plus facilement de rassembler des joueurs venant de plus loin? Ce qui n'était possible avant que par internet.

C'est vrai qu'avant, ce n'était pas toujours évident de se déplacer en LAN. D'autant plus lorsque tu habitais loin de l'événement. Aujourd'hui, avec les compagnies aériennes low-cost, les billets de train à tarif réduit et l'accessibilité accrue des transports en commun, la mentalité des joueurs a commencé à changer.

Il n'est pas rare aujourd'hui de voir des joueurs du sud de la France venir à Charleroi pour participer à une LouvardGame. On a dépassé le stade du rassemblement entre amis du même quartier.

Grâce à cela, pour certains joueurs, c'est devenu quelque chose de très récurrent.

Un aspect facilitant également le transport des joueurs est l'avancée des technologies. Un écran et un ordinateur aujourd'hui sont en général plus facilement déplaçables qu'auparavant.

Dernier point mais très important : depuis quelques éditions, il est possible de louer du matériel accessible directement sur le lieu de l'événement et ainsi venir à la LAN presque avec les mains dans les poches !

© Emma Andersson / DreamHack

Est-ce que l'âge des joueurs de la première heure, qui a évolué en même temps que le sport électronique, joue également un rôle dans l'affluence des LANs aujourd'hui?

Effectivement, on retrouve aujourd'hui un public en partie beaucoup plus âgé qu'auparavant. Ces joueurs ont aujourd'hui plus de moyens de locomotion ou financiers pour se déplacer. Ils ne dépendent plus de papa ou maman pour les conduire et venir les rechercher.

On croise pas mal d'anciens joueurs dans les LouvardGame, qui viennent se rappeler à leurs bons souvenirs et simplement passer du bon temps avec leurs amis ou anciens équipiers. Certains vont passer un bon moment au stade de football, et d'autres vont préférer passer un ou deux jours en LAN. C'est finalement rentré dans les mœurs et cela demeure un hobby rassembleur comme les autres.

Puis il y a les plus jeunes, dont certains viennent chercher un nouveau challenge en LAN ou simplement se mesurer aux autres. Ils viennent en LAN presque exclusivement pour la compétition. On se rend compte aujourd'hui que cette catégorie de joueurs s'apparente souvent aux nouveaux jeux, moins à Counter-Strike par exemple.

En tant qu'organisateur de tournois, pourrais-tu nous expliquer un peu comment se prépare une LAN aujourd'hui?

Il faut aujourd'hui environ trois mois pour organiser une LouvardGame. Le staff s'est élargi au fil des années et on commence à être rodés. Au début, c'était plutôt six mois de préparation pour une LAN.

À titre de comparaison, un tournoi en ligne pourrait très bien être organisé en trois jours et en quelques clics !

Il y a plusieurs phases lors de la préparation d'une LAN : la recherche de sponsors, de partenaires, la logistique (internet, électricité, hôtels, nourriture, …), la communication, la publicité, … Chacune est très chronophage mais indispensable.

Par exemple, la phase de communication dure environ trois mois. Il faut donner envie aux joueurs de se déplacer, de payer le ticket d'entrée, … C'est plus complexe que pour un tournoi en ligne où bien souvent, les entrées sont gratuites et tout se fait en quelques clics sur les plateformes dédiées.

La communication autour d'une LAN est donc différente. Même si le message passe par les réseaux sociaux et touche les gens qui nous suivent, les joueurs devront d'abord réfléchir à leur logistique personnelle avant de valider leur inscription. Est-ce que je suis disponible ce week-end-là? Est-ce que j'ai un moyen de transport jusque-là? Est-ce que j'ai les moyens de payer l'entrée? Comment vais-je revenir? C'est là toute la différence et c'est pour ça qu'il est très important de communiquer efficacement et au bon moment.

© Benjamin Meulemans

Est-ce que les cashprizes en LAN sont très différents des tournois en ligne?

Dans le milieu professionnel, cela dépend. On peut trouver des compétitions en LAN à 100.000€ mais on peut tout aussi bien trouver des compétitions en ligne présentant le même montant, voire plus selon les jeux.

Mais en règle générale, les compétitions en ligne d'une telle envergure finissent toujours par un événement LAN quelque part dans le monde. C'est donc un mix des deux.

Les ligues 100% en ligne sont rarement dotées de gros cashprizes. Notamment à cause de la triche. Il est beaucoup plus facile de tricher en ligne que dans une LAN, et lorsqu'il y a de l'argent au bout, certains joueurs se laissent vite tenter !

En LAN, il y a également l'aspect "vente de tickets" et consommation de nourriture et boissons qui sont susceptibles également de gonfler la somme des gains offerts. Sans compter le sponsoring qui est en général plus important et plus qualitatif en termes de rentrée d'argent.

Pour conclure, je dirais que les événements en LAN proposent presque toujours un plus gros cashprize qu'un tournoi en ligne. C'est pour cela que généralement, l'online amène à la LAN.

Est-ce que l'on se dirige en 2020 vers une mixité quasi obligatoire entre le online et les LANs?

Peut-être pas en 2020 mais on y arrivera très certainement un jour !

La demande des sponsors et partenaires est de plus en plus présente afin d'ouvrir, au moins au début, la compétition à tout le monde et ainsi toucher un maximum de personnes. La partie online est dans ce cas obligatoire.

Mais effectivement, on se dirige probablement vers un système de qualification en ligne amenant à un tournoi LAN, et ce pour tout type d'événement.

C'est intéressant à plusieurs titres. D'abord parce que cela permettra d'amener de nouveaux joueurs dans les LANs, du sang neuf venant du monde de l'online et qui n'oserait peut-être pas franchir le cap directement de lui-même.

Ensuite parce que cela permettra de proposer un panel plus large de possibilités aux sponsors.

C'est finalement un peu ce que l'on va faire avec le "Number One" puisqu'il y aura des points en LANs via la LouvardGame mais également en ligne via la Kayzr League. Les joueurs devront donc mixer le côté online avec le côté LAN.

Les grands événements mondiaux se passent déjà de la sorte de toute façon, donc oui, on y arrivera un jour !

Ceci dit, je tire déjà la sonnette d'alarme : attention à ce que les organisateurs n'abusent pas de ce système de qualification en ligne, rendant le chemin compliqué voire impossible au commun des mortels ! À utiliser avec parcimonie et de manière intelligente donc !

Ce système présente en tout cas l'avantage de donner une chance à tout le monde et de permettre à n'importe qui, de chez lui, d'éventuellement lancer sa carrière en se qualifiant à n'importe quel événement de la sorte.

© Gabriel Kulig / DreamHack

Est-ce que le fait d'aller en LAN peut effrayer certains joueurs? Je pense notamment aux plus jeunes.

Je pense que oui. Et c'est justement pour cela qu'on met des choses en place lors des LouvardGame pour les rassurer ainsi que leurs parents.

J'essaye toujours de prendre le temps, lorsque je croise des parents, de leur expliquer le milieu dans lequel ils se trouvent, ce qu'il va se passer, en quoi cela consiste, … C'est quelque part de la responsabilité d'un organisateur de présenter le milieu des LANs aux parents et les conscientiser au milieu de l'esport.

Nous avons également un service de sécurité qui assure le maintien de l'ordre la nuit. Un joueur peut donc passer l'entièreté du week-end à l'intérieur de l'enceinte du stade, y dormir, y manger, le tout en sécurité.

Beaucoup de parents me contactent aussi avant la compétition pour me poser des questions.

Pour conclure, quel sera l'avenir des LANs selon toi?

Il s'annonce radieux !

On reçoit de plus en plus de demandes de joueurs pour s'inscrire à la LouvardGame. On est obligé de créer des listes d'attentes pour certains jeux.

Les sponsors arrivent aujourd'hui en masse pour ce genre d'événement.

Par contre, les LANs vont devenir de plus en plus des sortes de show comme la Charleroi Esport par exemple, avec des tournois mais également des activités annexes comme des concerts, des animations, … afin de répondre à une volonté de plus en plus présente de la communauté. Peut-être pas en Belgique dans un premier temps, mais cela viendra. On peut déjà observer ça chez certains de nos voisins européens, où des stades entiers sont remplis de spectateurs venus assister à la compétition proposée.

J'entends souvent dire que les LANs font partie du passé. Je ne suis pas du tout d'accord ! Je pense que les LANs sont le passé mais également l'avenir du sport électronique. Le online servant aujourd'hui de complément à la LAN, c'est devenu un outil au service de l'événement live.