Un mois seulement après l'annonce de son retour sur Counter-Strike : Global Offensive, la structure belge Timeout Esports se cherche un repreneur éventuel. Le manque de temps et de moyens financiers ont malheureusement eu raison des finalistes de la dernière Belgian League.

L'instabilité de la scène esportive belge a encore frappé ! Malgré ses récentes bonnes performances lors des différents championnats nationaux, Timeout Esports se voit contraint de fermer ses portes par manque de temps de la part de ses dirigeants mais également à cause de finances devenues insuffisantes pour pouvoir continuer à encadrer les joueurs de manière optimale.

© Timeout Esports

Malheureusement, ce constat d'impuissance de la part des équipes est fréquent sur la scène belge. Le manque de sponsors ajouté au temps que demande la gestion quotidienne d'une telle structure se révèlent souvent fatals pour les structures, aussi performantes soient-elles.

Le manque de moyens et de statuts légaux empêchant la professionnalisation du sport électronique en Belgique obligent les joueurs et membres du staff à avoir un travail sur le côté, ce qui complique fortement la chose en termes d'implication.

Timeout Esports avait pourtant réussi à se faire un nom sur la scène compétitive en terminant notamment deuxième du Spring Split de la Belgian League sur League of Legends. Elle comptait également plusieurs podiums en ESL Proximus Championship, LouvardGame, ... et de nombreuses participations à divers championnats nationaux.

© Benjamin Meulemans

C'est le coeur lourd que les dirigeants de Timeout Esports ont donc décidé de rendre possible, dès à présent, la reprise de la structure par de potentiels investisseurs. Il n'est donc pas certain, pour le moment, de voir totalement disparaitre ce nom du paysage esportif belge.

Les joueurs, quant à eux, ont été autorisés à explorer d'autres pistes afin de tenter de trouver une nouvelle équipe et continuer la saison sous d'autres couleurs.

Je mentirais si je disais que je n'étais pas triste ! Mettre fin à un projet pour lequel j'ai travaillé presque tous les jours depuis plus d'un an et demi n'est pas évident. Mais le choix est fait. Je remercie tout ceux qui ont participé de près ou de loin à l'aventure.
Kaan "Chorks" Akturk