Existerait-il un marché parallèle où des employés de l'éditeur de la licence du jeu FIFA, EA SPORTS, vendraient en toute illégalité et sous le manteau des cartes utilisables dans le mode FIFA Ultimate Team (FUT) ? C'est en tout cas la folle rumeur qui anime la scène de la discipline depuis quelques jours !

Ultimate Team est le mode de jeu le plus populaire de FIFA, et ce, depuis de nombreuses années. Mais il est également le plus rentable pour l'éditeur : près de 30% de son chiffre d'affaires en 2019, soit plus d'un milliard de dollars !

Ces revenus sont générés grâce aux joueurs qui effectuent des achats directement dans le jeu et avec de l'argent réel. Le but ? Améliorer leur équipe virtuelle en y ajoutant des joueurs plus forts et aux statistiques sans cesse boostées. La course à la compétitivité étant sans fin, surtout pour la branche professionnelle des joueurs, des sommes folles peuvent y être dépensées.

© EA SPORTS

En Belgique, cependant, ce système n'est plus accessible (en théorie, puisqu'il est très facile de contourner l'interdiction) puisque jugé comme étant un jeu de hasard par la Commission des jeux de Hasard. En effet, le résultat de chaque pack acheté est aléatoire, l'acquéreur ne sachant jamais s'il va tomber sur un joueur de qualité ou non.

Cela n'empêche évidemment pas les compétiteurs du monde entier de faire chauffer leur carte bleue régulièrement et dans des conditions tout à fait légales, bien que parfois discutables.

Mais depuis quelques jours, une polémique est occupée à enfler et met en cause des pratiques douteuses qui proviendraient de la part d'un employé d'EA SPORTS. Relayé en masse sur les réseaux sociaux, ce que l'Histoire retiendra comme étant l'EA Gate, accuse, copies d'écran à l'appui, un ou plusieurs travailleurs zélés de revendre au marché noir certaines de ces cartes de joueurs !

Ce qui est évidemment totalement illégal et en contradiction totale avec la politique menée par l'éditeur. Mais cela semble juteux puisque certains joueurs n'auraient pas hésité à débourser plus de 1.700$ dans ce genre de pratique !

Rappelons toutefois que toute cette histoire n'est pour le moment qu'une simple rumeur, basée sur la parole de plusieurs personnes anonymes ayant eu recours à ce type de procédé. Vu la gravité des accusations, EA SPORTS a néanmoins décidé d'ouvrir une enquête interne approfondie afin de démêler le vrai du faux.

La communauté, se sentant lésée par de telles pratiques supposées, fait bloc pour demander des comptes à l'éditeur et également recevoir une indemnisation en jeu. Reste maintenant à voir quelles mesures va prendre EA SPORTS concernant les éventuels fautifs et comment la société va tenter de retrouver la clémence de ses nombreux fans.