Rappelez-vous, nous sommes au mois de février 2020 et le monde tourne encore (à peu près) normalement. La menace d'un étrange virus venu d'Asie nous semble encore fort lointaine, les gens sortent sans masque, à n'importe quelle heure et un nouveau championnat atypique voit le jour sur CS:GO.

À l'époque, l'arrivée de Flashpoint n'est pas vue d'un très bon oeil par certains observateurs de la scène compétitive mondiale. La grosse nouveauté apportée, à l'époque, était l'achat par les structures d'un ticket d'entrée leur assurant une place permanente dans la compétition. Celles-ci devenant de ce fait en partie propriétaires de la ligue !

Des équipes comme Cloud9, MIBR, MAD Lions, Dignitas, Gen.G et c0ntact Gaming ont immédiatement répondu présentes et ont levé 25 millions de dollars pour mettre à bien ce projet. Depuis, la Team Envy les a rejointes en tant que membre fondateur de la ligue.

L'avantage d'un tel système est de permettre aux structures professionnelles de toucher une plus grande part des revenus générés par la compétition ainsi que d'augmenter les gains minimaux en retirant certains intermédiaires dans le processus organisationnel.

Après une première saison compliquée en matière d'audience, parfois même moquée par son manque d'équipes de premier plan, Flashpoint a, contre vents et marées, lancé sa deuxième saison de l'année en novembre 2020. Dotée d'un cashprize ahurissant d'un million de dollars pour un tournoi en ligne, dont la moitié réservée au vainqueur, elle a réuni douze équipes (les sept membres fondateurs, trois équipes invitées et deux qualifiées) durant quatre semaines.

Celles-ci ont tout d'abord été versées dans trois poules identiques jouées dans un arbre à double élimination au format GSL et au meilleur des trois manches (BO3). Les deux meilleures équipes de chaque groupe étaient alors envoyées dans la phase de playoffs de la compétition alors que la troisième gardait espoir en pouvant disputer un match de la dernière chance.

Comble de la situation, pas moins de quatre membres fondateurs de la ligue ont été éliminés au premier stade de la compétition : c0ntact Gaming, Envy, Cloud9 et Gen.G Esports.

Les huit structures rescapées se sont ensuite affrontées dans l'arbre à double élimination des playoffs également disputés en BO3. Cette ultime phase de la compétition va s’avérer palpitante, les favoris tombant les uns après les autres sous le coup des outsiders.

Virtus.pro, onzième au classement mondial, va notamment se payer le scalp de MAD Lions, BIG et Fnatic pour s’offrir sa première finale dans la compétition, elle qui a remporté sa place lors de la première qualification.

La structure russe y a été rejointe par OG après une remontée intégrale du Loser Bracket suite à sa défaite au premier tour face à MIBR.

En ne perdant qu’une seule manche face à ces mêmes MIBR en demi-finale du Loser Bracket, l’équipe emmenée par le Finlandais Aleksi "Aleksib" Virolainen, invitée dans la compétition par les organisateurs, s’est donc positionnée en concurrent sérieux pour la victoire finale.

Il aura fallu aller au bout des trois manches de la grande finale pour sacrer Virtus.pro dans cette deuxième saison de la ligue Flashpoint. Une victoire disputée, 10-16 sur Mirage puis 16-9 sur Train et 16-12 sur Inferno, va offrir le premier titre d’envergure à la structure cette année mais aussi et surtout 500.000$ ainsi que 3.000 points supplémentaires au classement BLAST Premier.

© Liquipedia