Inspiré par un certain Eliud Kipchoge, premier athlète à descendre sous les deux heures (1h59’40) pour parcourir un marathon, le 12 octobre 2019, à Vienne, qui avait comparé son exploit à celui de… Neil Armstrong, premier homme à marcher sur la Lune, Kristian Blummenfelt est devenu, ce dimanche, le premier triathlète à boucler un Ironman (3,8 km de natation, 180 km à vélo, 42 km à pied) en moins de sept heures !

Champion olympique à Tokyo, comme le marathonien kenyan, Blummenfelt détenait déjà la meilleure performance mondiale sur la distance mythique (7h21’12, en novembre 2021, à Cozumel), comme Kipchoge sur marathon (2h01’39, en septembre 2018, Berlin).

Pour réaliser son exploit, très décrié (à juste titre !) par les puristes, Blummie a été aidé par une dizaine de lièvres, alors qu’ils étaient une quarantaine pour Kipchoge, dans les trois disciplines.

Et les organisateurs de ce défi très particulier avaient tout mis en place pour le voir réussir avec, notamment, un parcours cycliste sur le circuit automobile du Lausitzring, tristement célèbre pour avoir été le théâtre de deux accidents majeurs en 2001. Le 16 avril, Michele Alboreto s’y est, en effet, tué lors de l’essai d’une Audi R8 Le Mans Prototype et, le 15 septembre, Alex Zanardi y a, quant à lui, perdu les deux jambes après avoir été violemment percuté dans les derniers tours d’une course de CART.

Qu’à cela ne tienne, après avoir nagé les 3,8 km en 48’21, Blummenfelt a roulé les 180 km à vélo en… 3h24’22, à 52,85 km/h ! Et le Norvégien a conclu, courant les 42 km à pied en 2h30’50 pour un chrono total de 6h44’25.

Dans le même temps, le Britannique Joe Skipper (34 ans), remplaçant au pied levé son compatriote Alistair Brownlee, blessé, a signé un temps de 6h47’36.

Côté féminin, la Britannique Katrina Matthews est, elle, largement descendue sous les huit heures avec un chrono de 7h31’54, pour 7h34’19 à la Suissesse Nicola Spirig ! Hallucinant…