Historique. Épique. Dantesque. Renversant. Les superlatifs n’ont pas manqué pour qualifier le championnat du monde WBC des poids lourds disputé ce samedi à Las Vegas devant 16 000 personnes et à l’issue duquel le tenant du titre, Tyson Fury, a conservé sa ceinture en infligeant un K.-O. à l’Américain Deontay Wilder, sur une lourde droite à la tempe, lors du 11e round. Un dénouement spectaculaire pour un scénario qui le fut tout autant, les deux hommes voyageant au tapis à plusieurs reprises en quelques minutes.

Après une bonne entame, Wilder fut ainsi le premier à se faire surprendre au troisième round avant de rendre à Fury la monnaie de sa pièce, à deux reprises même, dans le round suivant grâce à son formidable punch. Du sixième au neuvième round, le roi des Gitans a alors pesé de tout son poids sur la rencontre, dominant les débats avant d’envoyer une nouvelle fois son opposant au sol dans la dixième reprise. Au bord de l’épuisement mais doté d’un cœur énorme, Wilder eut bien du mérite à poursuivre le combat mais la sentence était inexorable et Fury, menant au score pour les juges (95-91, 95-92, 94-92), apporta la conclusion attendue à cette trilogie dont il est sorti vainqueur à deux reprises après le match nul initial en 2018 et qui rentrera dans les annales du noble art aux côtés de la célèbre rivalité entre Ali et Frazier, par exemple.


"Je ne peux battre que les gens de mon époque et je l’ai fait toute ma vie. Je n’aime pas me mesurer aux combattants du passé, car c’est un fantasme, pas la réalité", a souligné Tyson Fury, toujours invaincu à 33 ans (31 victoires, 1 nul). "Disons simplement que je suis le meilleur combattant de mon époque et que je ne peux battre que les meilleurs de mon époque. Et c’est ce que je fais. Ne doutez jamais de moi ! Je répondrai toujours présent !"

Emmené par précaution à l’hôpital, dont il est sorti rapidement, Deontay Wilder avait peu d’explications à donner après la deuxième défaite de sa carrière en 45 combats (42 victoires, 1 nul). "J’ai fait de mon mieux mais ce n’était pas suffisant", reconnaissait le boxeur de 35 ans qui, bien qu’en retard sur Fury dans toutes les statistiques, a touché davantage le Britannique que n’importe quel de ses précédents adversaires. "Il n’est pas arrivé sur le ring à 125 kilos pour faire du ballet. Il s’est appuyé sur moi, il voulait me malmener et il a réussi."